Modéré par : Manager chat Bixente64 bultus 
Index du Forum » » Droit du travail » » menace d'aller aux prudhommes
Auteurmenace d'aller aux prudhommes
corto2
56    

corto2
  Posté : 02-07-2009 15:54

que penser d'un salarié qui suite à des remarques sur le non respect des procédures mises en place à l'officine se met en arret de travail pôur 15 jours et qui menace téléphoniquement son employeur de recourir aux prudhommes si à son retour ,l'attitude envers lui ne change pas !

avec le temps ,va tout s'en va

  Profil  
Antoine_pharma
1192       

Antoine_pharma
  Posté : 02-07-2009 16:05

La remarque avait été fait sans objet contendant ou menace de mort ?
On peut supposer qu'il y avait des antécédents avant pour que ça degenere ainsi ? Ou y a t'il matiere à t'emmener au prudhomme pour d'autres motifs ?
Sinon tu peux tjrs etablir un avertissement, via recommandé, sur la nature de ta remarque (et strictement celle ci, pas sa réaction), histoire de formaliser la réprimande... A condition, évidemment, que le non respect justifie la remarque ou l'avertissement...


---------------------
" Il en faut peu pour être heureux
Vraiment très peu pour être heureux
Chassez de votre esprit tous vos soucis
Prenez la vie du bon côté
Riez, sautez, dansez, chantez
Et vous serez un ours très bien léché ! "

  Profil  
farmaldo
222     

farmaldo
  Posté : 02-07-2009 16:07

C'est la vie !
Des fois c'est patron contre employé ou des fois employé contre patron...
Pourquoi ne pas demander un médecin inspecteur...ça coûte au patron, puis c'est pas bien vu vis à vis du médecin qui a fait l'arrêt de travail...puis c'est la sécu qui paye le salarié...
Qu'importe on cotisse pour ce genre d'attitude et on "cautionne" aussi...
Si le patron a des preuves du non respect des procédures, il faut faire des constations écrites, éventuellement des sanctions (avertissement, etc.). Bonjour l'ambiance...!

  Profil  
pfc
336      

pfc
  Posté : 02-07-2009 21:17

Si le salarié ne respecte pas les directives de son patron il me semble
qu'il est en tort sauf si celles-ci sont illégales, accepter les rapports hiérarchiques
c'est quand meme le minimum pour un salarié meme si le ton employé est un peu...
direct...quant au prud???pour quel motif.. mon titulaire m'a donné des ordres????
mais bien sur...

  Profil  
corto2
56    

corto2
  Posté : 03-07-2009 07:56


il s'agit en effet de remarques ,certes répétées comme pour ses autres collègues .il n'y a pas de discrimination ,peut etre comprends elle moins vite ou moins bien les choses ?
en tout cas ,je pensais quand meme lui notifier par courrier son attitude et le simple fait que je n'accepte pas ce genre de menace .
bien sur je passe sur l'arret maladie de 15 jours au moment des conges d'été ,avec prolongation probable jusqu'à ses propres congés au 27/07 .
heureusement ,ses collègues vont travailler en plus pour gérer la situation ! mais elles ne comprennent pas.

avec le temps ,va tout s'en va

  Profil  
Antoine_pharma
1192       

Antoine_pharma
  Posté : 03-07-2009 08:21

Si tu veux mon avis, aucune evocation de l'arret maladie, ce n'est pas à toi de faire le rapprochement entre arret maladie et la remarque que tu as faite, ça pourrait se retourner contre toi en cas de prudhomme (le méchant titulaire qui remet en cause les arrets maladies).
Il faut juste penser que ta remarque est peut etre la goute d'eau qui fait deborder le vase chez elle, qu'elle a peut etre des problemes perso...
Donc reste en au motif du courier , c'est a dire "non respect des consignes", agrementer d'un avertissement ou non selon ton estimation, mais surtout pas du contexte autour....
En admettant que ça tourne au vinaigre, si tu envisage une procedure, c'est pour non respect des consignes , et pas "arret maladie" , sinon t'a pas l'ombre d'une chance au prudhomme ...

---------------------
" Il en faut peu pour être heureux
Vraiment très peu pour être heureux
Chassez de votre esprit tous vos soucis
Prenez la vie du bon côté
Riez, sautez, dansez, chantez
Et vous serez un ours très bien léché ! "

  Profil  
damien-en-mer
704      
 Modérateur

damien-en-mer
  Posté : 03-07-2009 09:58

La question de pfc sur le contenu des instructions me semble primordiale.

Généralement, un salarié est tenu de respecter les instructions de son employeur. Mais il y a des "sauf" . Car si ces instructions sont illégales ou en contradiction avec la déontolgie et la recherche de l'intérêt du patient-client, il est légitime qu'un salarié puisse refuser de les mettre en oeuvre. Il ne faut pas oublier, non plus, que d'après le code de déontologie, qui fait partie du Code de la Santé publique, le pharmacien est indépendant dans l'exercice de son art : cet article ne fait pas de distinction entre le salarié et son employeur. Donc il faut voir si les instructions en question interfèrent avec l'exercice de "l'art" ou si elles concernent la vie de l'officine, l'accueil du client, etc... Enfin, les procédures remettaient peut-être en cause de manière évidente le bien-être de cette salariée dans l'entreprise ou ses valeurs morales. Dans ce cas, Igor reste dans son bon droit, mais la réaction de la salariée, bien qu'abusive, était à prévoir.
Enfin, le terme de "préocédure" est généralement employé dans le cadre d'une politique d'assurance qualité. L'assurance qualité a pour pilier l'adhésion de l'équipe qui doit la mettre en oeuvre. C'est pourquoi il est généralement conseillé de la mettre en place collectivement, ce qui garantit cette adhésion.

Voila : plein de questions pour essayer de mieux comprendre la situation et pouvoir faire des conseils avisés.

Damien.

http://apab.asso-web.com

  Profil  
corto2
56    

corto2
  Posté : 03-07-2009 11:25


non ,les remarques n ont rien d' illégalles par rapport à la déontologie ou le respect des règles législatives .

c'est surtout dans le respect des procédures mises en place ou dans des attitudes de conseil aupres des clients ou nous nous permettons de lui proposer des complements de conseil ( ex : nous demandons de substituer certains veinotoniques par d'autres puisque meilleure remise ,en proposant les produits aux patients ,)

et ce n'est pas bien toléré ,visiblement .Le reproche est d'etre toujours sur "son dos".

avec le temps ,va tout s'en va

  Profil  
damien-en-mer
704      
 Modérateur

damien-en-mer
  Posté : 03-07-2009 12:01

On est donc quand même un peu dans le cas de l'indépendance de l'exercice de la pharmacie, sauf si les veinotoniques en question sont strictement identiques les uns aux autres : principe actif et dosage... Car si un pharmacien, titulaire ou adjoint, estime qu'un médicament est plus efficace qu'un autre pour le traitement d'un client/patient, il est légitime qu'il le lui conseille, même si un autre produit procure une meilleure marge. Il en va d'ailleurs de la relation de confiance entre la profession et le grand public. On est en plein dans la déontologie.

Tu devrais peut-être essayer de lui demander pourquoi elle préfère conseiller tel ou tel veinotonique plutôt qu'un autre... Quitte à essayer d'obtenir des remises intéressantes sur ceux-là. Comme ça chacun y trouvera son compte et les relations seront apaisées entre vous. Enfin, si elle est de bonne foi...

http://apab.asso-web.com

  Profil  
Pharma13
362      

Pharma13
  Posté : 03-07-2009 12:11

une petite remarque en marge de la discussion : un arrêt de travail ne peut être suivi directement par des vacances, il faut que le salarié reprenne le travail au moins un jour...

Ensuite, et au delà de jugement sur les demandes faites au salarié, la "sanction": tu m'enerves, je me met en maladie n'est pas acceptable... Le controle de son arrêt de travail me semble donc justifié...

Mais le plus simple ne serait pas une bonne discussion pour tout mettre à plat, peut être proposé dans une lettre AR où le titulaire exposerait ses griefs??

  Profil  
corto2
56    

corto2
  Posté : 03-07-2009 12:15

Citation : Pharma13 

une petite remarque en marge de la discussion : un arrêt de travail ne peut être suivi directement par des vacances, il faut que le salarié reprenne le travail au moins un jour...

Ensuite, et au delà de jugement sur les demandes faites au salarié, la "sanction": tu m'enerves, je me met en maladie n'est pas acceptable... Le controle de son arrêt de travail me semble donc justifié...

Mais le plus simple ne serait pas une bonne discussion pour tout mettre à plat, peut être proposé dans une lettre AR où le titulaire exposerait ses griefs?? 


la discussion a déjà eu lieu ,par téléphone et ce sont les propos que je relate qui en ont suivis .tant qu'au courrier ,il est pret .

avec le temps ,va tout s'en va

  Profil  
damien-en-mer
704      
 Modérateur

damien-en-mer
  Posté : 03-07-2009 12:19

Je me suis moi-même trouvé dans la situation inverse.

On me demandait de conseiller Humex gouttes nasales ou Nostril. Or, dans certains cas, le Biocidan nasal, qui contient un antihistaminique, s'avérait plus adéquat. J'ai donc suggéré qu'on augmente le prix du Biocidan nasal (on n'est pas en zone concurrentielle) ou qu'on le commande en direct, histoire d'améliorer la marge. On m'a expliqué que tous ces produits étaient strictement identiques !!!??? Avant d'ajouter que ce produit ne pouvait pas être commandé en direct. Ce qui était aussi vérifiable que faux : 45% de remise pour 80 unités panachables avec Biocidan collyre. Nos rotations permettaient déjà d'atteindre ce seuil.

Chacun en pensera ce qu'il voudra, mais je pense que l'intérêt du patient doit primer avant tout. C'est la raison s'être de notre profession. La marge est importante, puisque la santé économiqe de l'entreprise en dépend. Mais elle doit venir en seconde position derrière cet impératif. D'ailleurs, le rapport de confiance entre le pharmacien et son client en dépend, et ça aussi ça compte pour la santé économique de l'officine.

Après, dans ton cas précis, je ne sais pas si c'est par conscience professionnelle, par négligence ou par principe que ta salariée s'oppose à tes procédures. Sans doute serait-il bon d'en parler...

Damien.

http://apab.asso-web.com

  Profil  
corto
390      

corto
  Posté : 03-07-2009 19:35



je pense surtout qu'igor a pris un exemple sur un conseil ,ce qu'il veut peut etre dire ,c'est surtout comment accepter des remarques ou des réflexions d'un salarié sans que celui ci y voit une forme d'agression ou de persécution .
malheureusement ,ça arrive et la solution à la résolution d ece problème n'est pas simple ,voir impossible à résoudrez:en gros ,c'est soit fermer sa gueule et laisser faire ,soit entrer dans le conflit

ne te laisse pas enchainer par les événements de la vie quotidienne mais ne t'y soustrait jamais,ainsi tu atteindras la libération

tao te king

  Profil  
damien-en-mer
704      
 Modérateur

damien-en-mer
  Posté : 03-07-2009 20:07

et réciproquement...

Dialogue et écoute mutuelle sont les maîtres mots. Malheureusement, pour y parvenir, il faut être 2 et se faire MUTUELLEMENT confiance, essayer de comprendre les blocages et faire des concessions... de part et d'autre. Car rien n'est plus destructeur que de se dire : "j'ai le droit (ou la possibilité), donc je fais, quelles que soit les conséquences pour le reste de l'équipe". Et cette remarque me semble valoir quelle que soit la place qu'on occupe dans cette équipe. Les passages en force, que ce soit par des congés maladie abusifs ou des ordres mal acceptés, pourrissent les ambiances. C'est compliqué, certes, mais on est obligé de faire avec... ou de se séparer... si possible en bonne intelligence.

Damien.

http://apab.asso-web.com

  Profil  
Sauter à :

Utilisateurs
Bonjour, Anonyme
Pseudo :
Mot de Passe :
PerduInscription

Actuellement :
Visiteur(s) : 42
Membre(s) : 1
Total :43
Librairie

Le droit du travail au quotidien
Nouveau


Dans un style vivant et concret, appuyé par des infographies, cet ouvrage propose des réponses pratiques, didactiques, et accessibles aux non-spécialistes du droit du travail. Que vous soyez titulaire, adjoint, préparateur, apprenti, ou étudiant en pharmacie, vous devez connaître vos droits et vos obligations dans l’entreprise...

30,00 € TTC