Modéré par : Manager chat Bixente64 bultus 
Index du Forum » » Droit du travail » » [Résolu] - Lettre Recommandée avec AR
Auteur[Résolu] - Lettre Recommandée avec AR
TitGone
11   

TitGone
  Posté : 11-02-2009 07:48

Bonjour a toutes et a tous
Je viens vers vous suite à une lettre recommandée avec AR que j'ai reçu de ma patronne. Il ne s'agit pas ni d'une lettre de licenciement ni d'une lettre d'avertissement (je pense que la formule aurait été dans ce cas mentionnée noir sur blanc).
Il s'agit plutot d'un règlement de compte quant à un différent me concernant elle et moi et surtout la forme prend une tournure d'abus d'autorité... limite harcelèment moral...
Je voudrais donc que vous puissiez m'indiquer vers quels interlocuteurs me tourner : avocat du travail, inspection du travail ou délégué syndical, afin de lui répondre.
Je demande également la permission a Manager ainsi qu'aux autres modérateurs de pouvoir publier cette lettre (bien entendu en flouant les noms et adresses des personnes) de telle sort que vous puissiez tous vous rendre compte de l'énormité du contenu de cette lettre.
J'attends vos réponses avec impatience étant bien décidé à me battre pour ne pas laisser passer un tel abus !
Je vous remercie par avance pour toute aide, si minime soit elle.
Je tiens à féliciter Manager et toutes les personnes qui font vivre ce forum et ce site. Il est bon de savoir qu'il existe un lien de soutien et de solidarité et que l'on est pas seul.


  Profil  
Manager
16905       
 Administrateur

Manager
  Posté : 11-02-2009 09:11

Pas d'objection s'il n'y a pas de nom de personne ou de société.

  Profil  
TitGone
11   

TitGone
  Posté : 11-02-2009 22:41

Voici la lettre (je vous la reproduis telle que ! je tiens bien sur l'original à disposition de Manager et son équipe)

"Monsieur,
Voila plus de huit ans que nous travaillons ensemble.

Si j'ai su apprécier au fil du temps, vos qualités professionnelles, votre ponctualité votre efficacité et votre énergie, votre comportement relationnel, que ce soit vis à vis de moi, comme des clients ou encore de vos collègues de travail, n'a jamais été à la hauteur de ce que j'étais en droit d'attendre de vous.

Certes mes observations à ce sujet sont restées verbales ; sans doute est-ce la raison pour laquelle, les rares améliorations parfois constatées ont été éphémères.

Votre emportement de ce lundi 2 Février dernier, me donne l'occasion de vous préciser clairement les exigences de forme auxquelles je suis attachée :

- la familiarité de votre langage quand vous vous adressez à moi équivaut à une forme d'irrespect que je ne tolère de personne ; quel que soit le niveau de votre "exaspération", je vous demande de veiller dorénavant au ton que vous adoptez et aux mots que vous choisissez pour nos échanges

- vis-à-vis des clients comme des fournisseurs, je vous demande de faire preuve de courtoisie et d'amabilité en toutes circonstances ; quand bien même l'attitude de certaines personnes peut-elle être parfois , difficile à supporter, votre statut et vos fonctions supposent que vous sachiez maîtrisez vos émotions quoiqu'il arrive.

Quant au "fond" de notre discussion qui portait sur l'éventualité d'un recours à des heures supplémentaires au cours de la semaine du 16 au 21 février 2009, et de leur récupération la semaine suivante, principe qui m'a valu les débordements de vos propos, je vous rappelle que :

- tant que la pharmacie a disposé d'une bonne santé financière, j'ai fait mon possible pour améliorer par tous moyens vos revenus,

- malheureusement, depuis plusieurs mois, vous constatez comme moi une baisse de chiffre d'affaires et de marge qui ont considérablement pénalisé son économie,

en conséquence de quoi, je ne dispose pas, actuellement, des moyens d'augmenter votre rémunération, au-delà de ce que les dispositions conventionnelles m'imposent, et le déplore autant que vous.

L'excès de votre réaction ce jour là comme l'attitude hermétique que vous affichez depuis lors, démontrent de votre part, une totale désolidarisation des efforts que je décuple depuis de nombreux mois pour surmonter ces difficultés passagères.

Vous comprendrez que dans ces conditions il me soit particulièrement difficile de vous maintenir ma confiance.

La menace de l'éventualité d'un arrêt maladie pour "dépression", que vous vous plaisez à laisser planer, est une illustration de ce malaise qu'il nous faut dépasser.

Sauf à ce que nous parvenions à passer outre nos incompréhensions réciproques et nos tensions, il est clair pour vous comme pour moi qu'une telle situation nous amènera tôt ou tard à envisager une rupture de nos relations contractuelles.

Afin de nous en éviter, à l'un comme à l'autre, les écueils, je vous propose de réfléchir à une solution, que de récentes dispositions légales mettent à notre disposition, à savoir une rupture conventionnelle.

Dans l'hypothèse où cette formule retiendrait votre attention, nous fixerions ensemble les entretiens préalables, indispensables à vous permettre d'en apprécier l'intérêt.

Quelle que soit votre décision, je vous demande très officiellement cette fois, de prendre la mesure de l'importance d'adopter à l'avenir, en toutes circonstances, le comportement que je suis en droit d'attendre du seul collaborateur cadre de ma petite structure.

Comptant sur vos capacités à restaurer la confiance indispensable au bon fonctionnement de l'officine, je vous prie d'agréer, Monsieur, l'expression de ma considération distinguée."

FIN




















  Profil  
TitGone
11   

TitGone
  Posté : 11-02-2009 22:53

Bien entendu je souhaite apporter des précisions sur ce que vous pouvez lire dans cette lettre :

- mes torts sont d'avoir voulu tenir tête à ma patronne (elle a le droit de me parler sur un ton dédaigneux et méprisant), d'avoir voulu récupérer ces heures supplémentaires à un autre moment qui m'arrangeait mieux moi ! En fait il ne faut jamais la contrarier et assimile son collaborateur cadre à un ... toutou qui doit faire ce qu'on lui impose sans jamais broncher !
-
à aucun moment je ne suis au courant ni du chiffre d'affaires, ni de la marge de l'officine, ces chiffres restants secrets !

- je ne me désolidarise absolument pas des efforts soi disant consentis : mon travail est le même avec en particulier les mêmes efforts pour faire des ventes additionnelles avec la phrase type placée à chaque vente : "il vous fallait autre chose ?"

Je précise également que cette lettre fait suite au retour de la préparatrice absente depuis 9 mois puisqu'en congé parental et qui bien sur ne peut être licencié.

Voila j'espère avoir apporter quelques éclairages utiles pour la compréhension de cette affaire.


  Profil  
Galienne
656      

Galienne
  Posté : 11-02-2009 23:49

Qu'entend t'elle par "comportement relationnel pas à la hauteur vis à vis des clients ou des collegues"? Ca a l'air d'être le reproche de fond que ta patronne te fait..... l'incident recent ayant été le detonateur par la suite de toute cette histoire non?
J'ai du mal à me faire une idée de quoi penser de cela. Sur la forme, je trouve la lettre cordiale et correcte..... apres sur le fond, on ne sait pas si ces reproches sont fondés ou non puisqu'on n'a que ta version. Si tu estimes n'avoir rien à te reprocher, tu devrais pouvoir t'en sortir ;)
Peut etre lui repondre par lettre recommandée lui faisant part de ce que tu penses de tout ca, en te faisant eventuellement aider d'un délégué syndical??
En tout cas, bon courage pour la suite

  Profil  
TitGone
11   

TitGone
  Posté : 12-02-2009 07:44

Merci Gatienne pour tes commentaires.
Tu as raison tu ne peux pas te prononcer sur le fond de l'affaire.
En tout cas je suis bien décidé à ne pas me laissser faire justement parce que je n'ai rien à me reprocher. Ce n'est pas parce que j'adopte un ton qui lui déplait à elle qu'au contraire je ne suis pas hyper apprécié par les clients et les rares fournisseurs avec qui j'ai un contact (je parle de la CERP).
Peux tu me recommander justement un délégué syndical qui pourra m'aider à lui répondre ?
Merci d'avance y compris pour ta réponse.

  Profil  
TitGone
11   

TitGone
  Posté : 14-02-2009 19:21


Personne ne peut m'aider ? svp !
même en privé ?
Merci


  Profil  
Marinela
929      

Marinela
  Posté : 14-02-2009 20:01

ce courrier, que je trouve fort bien fait, sans préjuger des faits qu'il dénonce, est une mise en garde pour prendre date; un avertissement sans frais en quelque sorte. Maintenant c'est ta vie et à toi de voir quelle stratégie tu souhaites adopter :

- soit d'opter pour un rupture négociée qui te permettra d'aller voir ailleurs avec une somme d'argent en compensation
- soit de rediscuter avec ton employeur les conditions de ta collaboration en mettant à plat les aspects relationnels mais sans oublier que tu es sous son autorité

je crains, à te lire, que tu ne privilégies une troisième voie, celle de l'affrontement stérile ... mais bon à toi de voir

ps: visiblement l'environnement économique de cette officine comme beaucoup d'autres est en évolution; rien ne sert de le nier, le réel s'impose à tous patron ou employé !

Message édité par : Marinela / 14-02-2009 20:03



Message édité par : Marinela / 14-02-2009 20:04


  Profil  
Manager
16905       
 Administrateur

Manager
  Posté : 17-02-2009 09:16

Assez d'accord avec Marinella, un message dans ta boite.

  Profil  
TitGone
11   

TitGone
  Posté : 20-02-2009 09:03

Merci Manager pour ton conseil... je l'ai suivi...
Bonne journée

  Profil  
Sauter à :

Utilisateurs
Bonjour, Anonyme
Pseudo :
Mot de Passe :
PerduInscription

Actuellement :
Visiteur(s) : 47
Membre(s) : 1
Total :48
Librairie

Le droit du travail au quotidien
Nouveau


Dans un style vivant et concret, appuyé par des infographies, cet ouvrage propose des réponses pratiques, didactiques, et accessibles aux non-spécialistes du droit du travail. Que vous soyez titulaire, adjoint, préparateur, apprenti, ou étudiant en pharmacie, vous devez connaître vos droits et vos obligations dans l’entreprise...

30,00 € TTC