Modéré par : Manager Whoops Bixente64 bultus 
Index du Forum » » Les inclassables » » Economies : de qui se moque t-on ?
AuteurEconomies : de qui se moque t-on ?
ElGringo
2331       

ElGringo
  Posté : 03-04-2008 21:17

Les politiques d'intervention de l'Etat représentent ensemble 464 milliards d'euros de dépenses par an, dont 180 milliards pour la politique publique de santé, 100 milliards pour les dépenses de solidarité, plus de 80 milliards pour la politique de la famille, plus de 70 milliards pour l'emploi et la formation professionnelle et plus de 34 milliards pour la politique du logement.

Le déficit annuel du budget de l'Etat est de l'ordre de 50 milliards.

Les économies à annoncer demain concernent la période 2009-2011, soit trois ans et seront de l'ordre de 6 à 7 milliards d'Euros.

6 à 7 milliards d'économies sur 3 ans, 3 années qui représenteront un déficit supplémentaire cumulé d'environ 150 milliards pour un budget global d'intervention réparti sur ces 3 exercices d'environ 1 500 milliards d'Euros.

Vous appelez cela un plan d'austérité ?
Ou même une mesure digne d'un tel tapage ?
Il en faudra bien plus pour renflouer le système !



El Gringo


Message édité par : ElGringo / 03-04-2008 21:20


  Profil  
antidry
410      

antidry
  Posté : 03-04-2008 23:05

Des SUJETS El Gringo....

..........Des Sujets ........enfin plutot des Stakanovistes du monde liberal .........Et tout ca à l insu de notre plein gret ....

  Profil  
ElGringo
2331       

ElGringo
  Posté : 05-04-2008 09:30

L'enveloppe des dépenses publiques représente environ 1.000 milliards d'euros chaque année et on espère économiser 0,5% de cette somme avec ce plan de 7 milliards sur 3 ans !
Il n'y pas une entreprise qui mobilise une si grande force de frappe pour faire de si petits gains de productivité.
En 2007, le déficit public (Etat, Sécurité sociale et collectivités locales) a atteint 50,3 milliards.



El Gringo



Septembre 2008 :

Pour financer le RSA il faut lever une nouvelle taxe à hauteur de 1.5 milliards d'€uros.

Donc sur un budget global de 1 000 Milliards d'€uros, il n'y a même pas de marge de manoeuvre pour dégager 1.5 Milliards !

En 2008, notre gouvernement ne peut même plus arbitrer 0,15% de dépenses ! il faut lever un nouvel impôt !!

Triste constat.

Et le silence qui l'entoure en dit long sur la lucidité des français.

ElGringo













Message édité par : ElGringo / 07-09-2008 15:48


  Profil  
ElGringo
2331       

ElGringo
  Posté : 26-08-2008 13:51

2 sites pour une petite ballade instructive :


la place est bonne !

dis moi pour qui tu roules !



El Gringo



Message édité par : ElGringo / 26-08-2008 13:54


  Profil  
ElGringo
2331       

ElGringo
  Posté : 26-08-2008 14:08

Pour renouer avec l´équilibre d´ici 2011, ce qui demeure encore l’objectif affiché de Roselyne Bachelot et Eric Woerth, les ministres ont retenu les propositions de maîtrise médicalisée des dépenses de l´Union nationale des caisses d´assurance maladie (UNCAM), visant notamment à développer des stratégies de prévention et infléchir la consommation de soins, produits ou prestations, dont la justification médicale est discutable, ce pour une économie attendue de 2 milliards d´euros.

Du plan de l´assurance maladie, les ministres reprennent notamment, la modification des prix dans les secteurs où les tarifs apparaissent comme trop élevés ( la radiologie, la biologie seraient visés ), l´infléchissement de la consommation de certains soins,

la baisse du taux de remboursements de médicaments au service rendu jugé insuffisant, l´alignement du prix de certains produits princeps sur celui des génériques.

L´ensemble de ces mesures devrait générer environ 2 milliards d´euros d´économies.

Selon Michel Chassang, président de la Confédération, tous les efforts sont demandés aux soins de ville et en particulier aux médecins libéraux, contre pratiquement rien à l´hôpital (250 millions d´euros sur 2 milliards d´euros et plus grave, l´installation de façon systématique des complémentaires santé dans les négociations risque de bouleverser le contrat conventionnel en cours et de marginaliser les professionnels de santé, et les médecins en particulier.

Pour sa part, Jean de Kervasdoué, titulaire de la chaire d´Economie et de gestion des services de santé au Conservatoire des Arts et métiers, estime que seule la moitié des économies annoncées est tangible.


El Gringo



Message édité par : ElGringo / 26-08-2008 14:09


  Profil  
Sauter à :

Utilisateurs
Bonjour, Anonyme
Pseudo :
Mot de Passe :
PerduInscription

Actuellement :
Visiteur(s) : 79
Membre(s) : 0
Total :79