Modéré par : Manager Whoops Bixente64 bultus 
Index du Forum » » L'avenir du métier de pharmacien adjoint » » La Pharmacie : un secteur sur le déclin ?
AuteurLa Pharmacie : un secteur sur le déclin ?
StudentPharma
1  

StudentPharma
  Posté : 29-08-2017 16:16

Bonjour à tous,

J'ai eu cette année mon BAC S et je suis inscrit pour cette année en PACES dans le but de faire pharmacie, métier que je veux faire depuis toujours afin d'ouvrir mon officine.

Cependant, suite à des discussions avec plusieurs pharmaciens, adjoint notamment, plusieurs arguments tendent à me dissuader :
- le chômage des adjoints, peu à peu remplacés par des préparateurs (moins chers)
- la perte du monopole pharmaceutique,
- la baisse des marges possibles sur les médicaments et la diminution des remboursements

Comment se faire une place dans le métier dès lors que les perspectives d'évolution paraissent si basses ? J'hésite de plus en plus à changer de filière, comme faire médecine par exemple.

J'aimerais l'avis d'autres pharmaciens, merci pour vos réponses.

  Profil  
PharmaH
44    

PharmaH
  Posté : 30-08-2017 08:47

Médecine sans hésiter pour les perspectives démographiques, perspectives d'évolution de carrières et la valeur et l'image du diplome bien en faveur du médecin, maintenant rien ne te dit que tu auras le rang nécessaire..travaille à fond pour avoir la meilleur place possible et tu pourras choisir ensuite ..mais j'etais dans ton cas,,j'ai choisi pharma et il ne se passe pas un jour sans que je le regrette meme si j'adore mon métier actuel (pharmacien hospitalier) je me sens limité et parfois frustré de ne pouvoir aller plus loin..
Aprés si le commerce , la gestion d'entreprise te branche plus et que tu as entre 100000 et 300000 euros d'apport personnel tu peux envisager pharma

  Profil  
bultus
2088       
 Modérateur

bultus
  Posté : 30-08-2017 10:31

Bonjour, j'ai 31 ans, je suis pharmacien titulaire depuis 4 ans.
Premièrement : la médecine et la pharmacie sont deux métiers totalement différents et on ne peut pas remplacer l'un par l'autre. Si tu aime également la médecine et que tu hésite vraiment entre les deux, la question se pose. Mais faire médecine parce qu'on ne peut pas faire pharmacie ne veut pas dire grand chose sinon (comme faire prof parce qu'on ne peut pas faire fleuriste : rien à voir).

Deuxièmement : certes, les pharmacies font des économies en embauchant préférentiellement des préparateurs, MAIS en fonction du chiffre d'affaire, certaines pharmacies sont obligées par la loi d'embaucher un certain nombre d'adjoints. De plus, rien ne t'oblige à rester adjoint, il est possible de racheter une pharmacie et d'être ton propre patron si les postes d'adjoints ne te conviennent pas. Et pas besoin de 100 à 300 000 euros comme dit plus haut : Je me suis installée avec 15 000 euros et des investisseurs (il faut avoir de bons contacts et de la motivation), et je ne suis pas la seule dans ce cas.

Enfin : La pharmacie ne connait pas son avenir, mais il y aura TOUJOURS besoin de pharmaciens, quelque soit l'évolution du métier. Et à titre personnel, j'ai encore confiance en l'avenir.

Maintenant que tu es en PACES, travaille dur, laisse toi le temps de choisir et à la fin de l'année quand tu auras tes résultats, tu feras en fonction.

Bon courage pour cette année difficile !

  Profil  
syncmaster
2277       

syncmaster
  Posté : 30-08-2017 10:31

Bonjour,

"ouvrir" son officine n'est pas vraiment possible. Il faudrait en racheter une (ou une licence) puis transférer.

  Profil  
bultus
2088       
 Modérateur

bultus
  Posté : 30-08-2017 10:37

Exact syncmaster, je n'ai pas utilisé le bon mot ;)

  Profil  
Manager
17216       
 Administrateur

Manager
  Posté : 30-08-2017 11:50

Bonjour,

Mon dieu.

Lorsque je suis entré en officine, il y a très, très , très longtemps, on me disait que c'était foutu, alors les prédicateurs qui se trompent il y en a toujours eu.

"le chômage des adjoints, peu à peu remplacés par des préparateurs (moins chers) "

Si je puis me permettre, je suis préparateur, c'est historiquement un peu le contraire. A l'origine il y avait dans les officines, un ou des pharmaciens titulaires et des préparateurs. Il a été fait obligation, à un moment donné(ça doit être au début des années 70), d'employer un pharmacien supplémentaire en fonction du CA des officines. Je n'ai rien contre ça mais c'est comme ça que ça s'est passé. Un certain nombre de pharmaciens sont devenus salariés.

Ma fille est en 4ème année de pharmacie, tu vois que, de mon coté, je garde le moral.

A coté du métier de pharmacien d'officine, il existe bien d'autres débouchés pour eux.

C'est un métier très généraliste avec une formation très généraliste pour être gentil avec eux on pourrait dire que le pharmacien est le polytechnicien de la santé. Mais curieusement ils doutent d'eux-mêmes...

Si tu es prêt à bosser dur tu peux faire l'internat ou l'industrie. Au final l'officine tu pourras toujours y retourner. En tout cas aujourd'hui c'est comme ça que ça se passe, mais ça pourrait changer.

Te dire ce qui se passera dans 6 ou 9 ans, personne, dans aucune ne branche ne peut te le dire avec certitude.

Allez va bosser la PACES c'est pas du gâteau.

  Profil  
Galienne
678      

Galienne
  Posté : 30-08-2017 14:56

Bonjour Student,
Tu sais moi aussi on m'avait dit ça, le pharmacien de mon village avait aussi peur que son métier disparaisse le jour ou les spécialités ont vu le jour (les médicaments tels qu'on les connait aujourd'hui). Lui qui avait l'habitude de fabriquer les remèdes à partir de poudres , de conseiller des remèdes que nous appelons "de grand mère" ! Le monde change, les métiers aussi, la pharmacie en fait partie. Il faut savoir s'adapter et c'est parfois le problème de notre branche qui parfois campe sur ses vieux rêves d'antan.

Tout ce que je peux te dire c'est de t'encourager à faire PACES si tu es motivée. C'est l'essentiel, tu auras tout loisir de choisir ta branche selon les matières qui te plairont ou non, suivant les discussions avec des professeurs ou élèves des niveaux supérieurs. Et même si tu n'obtiens aucune place, ca ne sera pas un échec, il y a plein de passerelles possibles. Que ce soit pharmacien, médecine, dentaire, il y a beaucoup de métiers très différents qui s'offrent à toi par la suite, des voies auxquelles on ne pense pas quand on s'engage dans ces études.

Et si tu vas poser la question sur un forum de médecin, ils vont te dire que médecine ca n'a plus d'avenir, qu'il faut pas choisir cette branche.... l'herbe est toujours plus verte ailleurs. En attendant, 20 ans après mon entrée en faculté,je n'ai jamais regretté le choix de mon métier, mais c'était pas par défaut du tout ;)

  Profil  
Kenshoo
344      

Kenshoo
  Posté : 30-08-2017 16:02

Quelle c*nnerie ce PACES

Avant, on s'inscrivait en médecine / Pharmacie / kine parce qu'on voulait être Médecin / Pharmacien / kine.

Aujourd'hui, tu as des étudiants qui s'inscrivent en 1ere année PACES, qui veulent faire médecine et qui, parce qu'ils sont mal classés choisissent par défaut Pharmacien ou kine

Et ça va donner quoi comme pharmacien plus tard ? Des frustrés qui n'ont pas vraiment voulu faire ce métier. Qui a eu cette brillante idée ?!

  Profil  E-mail  
yebbjr
359      

yebbjr
  Posté : 30-08-2017 21:58

Citation : Kenshoo 

Quelle c*nnerie ce PACES

Avant, on s'inscrivait en médecine / Pharmacie / kine parce qu'on voulait être Médecin / Pharmacien / kine.

Aujourd'hui, tu as des étudiants qui s'inscrivent en 1ere année PACES, qui veulent faire médecine et qui, parce qu'ils sont mal classés choisissent par défaut Pharmacien ou kine

Et ça va donner quoi comme pharmacien plus tard ? Des frustrés qui n'ont pas vraiment voulu faire ce métier. Qui a eu cette brillante idée ?! 


Pas forcément. J'ai passé le concours de pharma il y a maintenant bientôt 10 ans, à l'époque ou pharma/médecine était encore séparés. Je n'avais aucune idée de quoi faire après le bac. J'ai atterri en pharma car j'avais un cousin et une cousine qui y était, j'ai regardé leurs cours de 4ème année 5 min ça avait l'air intéressant.


J'ai eu le concours donc j'ai fait pharma, si je ne l’avais pas eu je ne redoublais pas. Du coup 9 ans après me voilà titulaire.

Et histoire d'enfoncer encore le clou avec les préjugés, je n'avais aucun apport et pas de possibilité de papa/maman non plus. Ca ne m'a pas empêché de m’installer il y a 1,5 an en association à 50/50 et maintenant j'ai une pharma qui a une croissance à 2 chiffres et pas dans la première dizaine

  Profil  
Oxynitrine
433      

Oxynitrine
  Posté : 09-09-2017 23:43

C'est curieux, mais je n'ai jamais vu de pharmaciens partager votre enthousiasme en 12 ans de métier d'adjoint.
A croire que sur ce forum on tente d'attirer les étudiants vers un traquenard.
J'ai pourtant travaillé dans de nombreuses officines, ville, campagne profonde, quartiers pauvres, pharmacie/usine de grande surface, parapharmacie, PUI, grossistes et même laboratoire de recherche clinique.
J'ai assité à pas mal de fermetures d'officines autour de moi, j'ai subi un licenciement économique, j'assiste à une baisse des marges catastrophique depuis que je travaille, le chômage est une réalité dans ce métier, l'aspect médicale est de moins en moins présent : les pharmacies ressemblent de plus en plus à des GMS, etc…
Le pharmacien d'aujourd'hui a du souci à se faire. L'avenir lui réserve des surprises.
Il faut savoir que la pharmacie est le premier domaine que les gouvernements massacrent quand il s'agit de prendre des mesures d'économie de dépenses de santé.
Quand les médecins réclament une augmentation, les gouvernements cèdent dans la foulée. Les pharmaciens, eux, ne sont plus entendus depuis belle lurette. Il faut dire que nous cultivons l'image de tiroir caisse avec succès.
Quand on assiste à l'ouverture de pharmacies de plus de 1000m2 discount, on réalise très vite que notre conseil de l'Ordre ne sert à rien. Notre métier est bradé, notre image salie.
Dans quelques années, c'est le paracetamol, l'ibuprofène, qui arriveront dans les parapharmacies MEL et Co. : prévoyez 7000 fermetures d'officines et autant d'adjoints au chômage dans les mois qui suivent.
Il faudrait être aveugle comme le conseil de l'ordre pour ne pas prédire qu'un MEL ne se contentera pas de ces deux principes actifs : d'autres spécialités s'engouffreront dans les parapharmacies.
Et ne parlons pas de la légendaire solidarité et compassion entre pharmaciens. Exemple tout bête : les ehpad mettent de plus en plus la pression sur les pharmaciens qui les fournissent en médicaments pour imposer la mise en place de PDA. Les pharmaciens se retrouvent à faire le boulot des infirmières sans en tirer de bénéfices. Certains pharmaciens peu scrupuleux ratissent tellement large (avec la bénédiction du conseil de l'ordre corrompu également) que les petites officines sont obligées de négocier avec les directeurs d'ehpad pour réaliser gratuitement les piluliers des résidents.

Franchement, si j'ai un conseil à te donner, choisi médecine : pas de chômage, un revenu bien plus confortable, pas de pression manageriale de titulaires de grosses pharmacies, une reconnaissance des patients et du public, etc, etc, etc...

  Profil  E-mail  
Farmacien
214     

Farmacien
  Posté : 10-09-2017 12:07

Oxynitrine a raison


  Profil  
Antoine_pharma
1195       

Antoine_pharma
  Posté : 10-09-2017 13:39

Moi je suis toujours embêté par les premiers messages d’étudiants qui parle de marge.... Je pense que c'est le genre de considération qui m’échappait totalement à l’époque de mon entrée en fac... J'ai toujours l'impression d'y voir un peu de trolling, et comme derrière tout les déçu ou dégoutés du métiers rappliquent souvent...
Ma vision se repproche assez de celle de Yebjjr, sinon que malgré quelques opportunités je ne me suis pas (encore ?) installé... et que j'aurais presque mauvaise conscience à dire que je suis pleinement satisfait de ma vie ;) L'assistant serait peut etre sous payé, exploité, ou que sais je qu'on entend , n'en reste pas moins que pour qui sait apprecier ce qu'il a plutot que ce que le voisin ( de fac ou pas) a , on peut parfaitement etre épanoui dans le metier, que ce soit pharmacien, assistant ou préparateur... Y a le financier, y a la satisfaction de ce qu'on fait comme travail, y a ce que ça permet sur le plan personnel...
Je ne dirais pas à tout le monde que "pharma c'est pour toi" , mais c'est un métier comme tout les metiers, des avantages et des inconvenients, des portes accessible et d'autre moins ( selon que l'on soit audacieux ou pas , souvent plus qu'une question d'argent)....
Donc renseigne toi, et vraiment en ayant de vrai contact humain, pas juste des echanges sur internet ou comme sur tout support la part des mécontents sera toujours plus importantes qu'elle n'est en réalité ( comme on dit, un client content en parle à deux personnes, un mécontents à dix.... ça vaut sans doute aussi a propos de son metier).
Et ensuite on assume son choix, et si on l'assume pas, on en change, la mobilité professionnel existe dans tout les metiers, des pharmaciens qui changent de voie ça existe aussi, comme chez les infirmiers, les medecins, les mecaniciens, les coiffeurs.... Le tout c'est d'etre épanouie professionnellement et surtout personnellement....

---------------------
" Il en faut peu pour être heureux
Vraiment très peu pour être heureux
Chassez de votre esprit tous vos soucis
Prenez la vie du bon côté
Riez, sautez, dansez, chantez
Et vous serez un ours très bien léché ! "

Message édité par : Antoine_pharma / 10-09-2017 13:40


  Profil  
Sauter à :

Utilisateurs
Bonjour, Anonyme
Pseudo :
Mot de Passe :
PerduInscription

Actuellement :
Visiteur(s) : 117
Membre(s) : 0
Total :117