Modéré par : Manager Whoops Bixente64 Syberg bultus 
Index du Forum » » Etre titulaire » » Ruptures et quotas
AuteurRuptures et quotas
Dinosorus5CH
1500       

Dinosorus5CH
  Posté : 30-10-2014 21:49

Je sais pas chez vous mais c'est incroyablement pénible en ce moment toutes ces ruptures labo et quotas qu'on a en ce moment
Je surstock pourtant légèrement mais ya toujours un moment ou j'en manque...
Lyric, neuront, relpax, crestar j'en passe et des meilleurs...
Ptit cou de ras le bol contre ces phénomènes de quotas !!

  Profil  
Calipharma
704      

Calipharma
  Posté : 30-10-2014 22:13

Oui c'est extrêmement pénible...

  Profil  
Paquitoweb
41    

Paquitoweb
  Posté : 01-11-2014 07:56

Je me trompe peut être, mais il me semble que le gouvernement avait fait voter une loi sur le sujet: si le grossiste vous annonce être en rupture à cause de quotas, vous pouvez appeler le labo qui a obligation de vous livrer en 72h.

Si les deux se renvoient la balle (c'est à dire que le grossiste dit que le labo ne livre plus car quotas atteints, et si le labo vous dit que le grossiste raconte n'importe quoi), dites leur simplement que vous allez passer un coup de fil à l'ARS afin que ces derniers les aident a se mettre d'accord

  Profil  
poussin_arverne
5849       

poussin_arverne
  Posté : 01-11-2014 10:29

Citation : Paquitoweb 

Je me trompe peut être, mais il me semble que le gouvernement avait fait voter une loi sur le sujet: si le grossiste vous annonce être en rupture à cause de quotas, vous pouvez appeler le labo qui a obligation de vous livrer en 72h.

Si les deux se renvoient la balle (c'est à dire que le grossiste dit que le labo ne livre plus car quotas atteints, et si le labo vous dit que le grossiste raconte n'importe quoi), dites leur simplement que vous allez passer un coup de fil à l'ARS afin que ces derniers les aident a se mettre d'accord  


Et qui paye les longues heures passées à faire ça ??

Pour des questions de rentabilité, les labos mettent en péril le système d'approvisionnement des pharmacies d'officine.

Ce ruptures sot apparues à partir de 2006-2007. J'avais fait un dossier a cette époque, très documenté, que j'avais remis au Président de la Commusion des finances du Sénat. Une enquête vaut alors été lancée à cette suite qui a conduit a certaines obligation de déclaration à l'ARS. Mais sur le fond, rien à changé.

A l'époque, les syndicats interrogés avaient répondu que le phénomène était marginal ...

  Profil  
ami89
866      

ami89
  Posté : 01-11-2014 10:51

Comment expliquer cependant le volume de prescriptions de la Prégabaline, Rosuvastatine, Duloxétine et autre Esomeprazole princeps ?

Ces quotas doivent quand même faire réfléchir sur les prescriptions et à ce niveau, le travail n'est pas toujours fait, malheureusement.

poussin_arverne : Pourquoi les labos ? N'ont-ils pas intérêts à produire beaucoup plus et ne pas avoir de rupture, eux ?

  Profil  E-mail  www  
poussin_arverne
5849       

poussin_arverne
  Posté : 01-11-2014 11:43

Citation : ami89 
poussin_arverne : Pourquoi les labos ? N'ont-ils pas intérêts à produire beaucoup plus et ne pas avoir de rupture, eux ?  


Tu es bien naïf ...

Voici les principales causes de ruptures de médicaments :
1. Accroissement de la demande internationale : n'est le pays qui rapporte le moins qui est sacrifié (donc souvent la France). Fungizone, levothyrox, esidrex, insulines ...
2. Stocks insuffisants : pour question de rentabilité les labos travaillent en flux tendus. Moins de stock = meilleure marge au bilan = augmentation de l'action. D'année en année, nous sommes arrivés à un point ou cetains fournisseurs sont perpétuellement en rupture (Mulan)
3. Problème d'approvisionnement en matières premières, résultant soit de l'augmentation de la demande internationale (troxerutine, prunier d'Afrique, ...)
4. Trust de certaines molécules devenues monopoles d'état (paracétamol, hctz, ...)
5. Problème d'organisation : pour certains labos, nous ne sommes plus des pays prioritaires au développement (Procter, Bristol ...)
6. Contingentements (Subu, Avidart ..)

Et ce n'est que le début : plus nous nous enfoncerons dans la faillite, et plus nous aurons de ruptures.

  Profil  
Paquitoweb
41    

Paquitoweb
  Posté : 03-11-2014 11:49

100% d'accord, je rajouterais trois points:

1: Les exportations des grossistes, qui achètent à bas prix en France et revendent sur une de leurs filiales. C'est d'ailleurs à cause de ces exportations que les autorités de santé ont autorisé la mise en place des quotas, et les labos à pratiquer le refus de vente au delà des quotas.

2: Le fait que le prix de remboursement d'un médicament est lié en partie aux volumes que ce médicament est sensé représenter. A partir du moment où ces volumes sont dépassés, le gouvernement peut appliquer une renégo et une baisse du prix. Les labos ont donc tout intérêt à ne pas dépasser ces volumes négociés afin de ne pas voir le prix de leur médicament baisser, et leur rentabilité avec.

3: Je ne mets pas tous les labos dans le même panier, mais c'est une pratique qui existe: utiliser les ruptures pour vendre. "Vous voulez mon produit en rupture chez tous les grossistes? Je peux vous en envoyer, mais il va falloir me commander le générique que fabrique mon labo, ou implanter d'autres gammes de mon labo..."

  Profil  
Kenshoo
344      

Kenshoo
  Posté : 03-11-2014 14:50

Les prix dans certains pays sont biens plus hauts qu'en France, n'en déplaise à certaines mauvaises langues. Il se peut que la production soit limitée, et par conséquent les labos vendent à celui qui paie le plus.

Les labos mais pas seulement, certains intermédiaires (grossistes entre autres), achètent le produit français, l'envoient, par exemple, en pologne, reconditionnent sur place le médicament et le vendent plus cher. Malgré les frais de reconditionnement les marges sont plus importantes.

Les quotas ont été avant tout mis en place pour couper court à cette dernière pratique : les labos ne livrent aux grossistes que la quantité suffisante pour leur zone de chalandise

  Profil  E-mail  
Dinosorus5CH
1500       

Dinosorus5CH
  Posté : 03-11-2014 19:33

Ouais ben ça serait bien qu'ils revoient leur calcul de "qsp" car quand c'est tous les mois qu'on galère on a de quoi

Mon génériqueur m'avait fait part de cela pour la metopimazine qui est de retour mais pas chez nous encore... On réapprovisionne d'abord où le produit est le plus rentable !

  Profil  
Paquitoweb
41    

Paquitoweb
  Posté : 03-11-2014 19:36

Citation : Kenshoo 

Les quotas ont été avant tout mis en place pour couper court à cette dernière pratique : les labos ne livrent aux grossistes que la quantité suffisante pour leur zone de chalandise 


C'est bien ça le problème, si on limite les ventes, et qu'en face les grossistes continuent à exporter, on aboutit à des ruptures!

  Profil  
pharma-espoir
2116       

pharma-espoir
  Posté : 03-11-2014 22:30

Citation : Dinosorus5CH 

Ouais ben ça serait bien qu'ils revoient leur calcul de "qsp" car quand c'est tous les mois qu'on galère on a de quoi

Mon génériqueur m'avait fait part de cela pour la metopimazine qui est de retour mais pas chez nous encore... On réapprovisionne d'abord où le produit est le plus rentable !  


Bah moi je trouve ça parfaitement normal. On a que ce qu'on mérite : les labos ont des impératifs de rentabilité, et nous on baisse les prix des médicaments remboursables à l'extrême : au final qui c'est qui l'a dans l'os ? Bah le contribuable français.

Quand on comprendra que baisser les prix de manière unilatérale pour réduire le déficit, c'est une fausse solution, il y aura peut-être un espoir.

L'industrie pharmaceutique était une belle vitrine de la compétitivité française, sauf qu'à force de lui pisser dessus, elle n'a plus besoin de nous et a trouvé des nouveaux marchés bien plus intéressants.

Il suffit de voir en Grèce, ou des labos ont décidé du jour au lendemain d'arrêter la production car plus assez rentable. Résultat : d'énormes pénuries et des médicaments à importer qui coûtent 3 fois plus cher.

  Profil  
Sauter à :

Utilisateurs
Bonjour, Anonyme
Pseudo :
Mot de Passe :
PerduInscription

Actuellement :
Visiteur(s) : 21
Membre(s) : 1
Total :22
Librairie
200 questions-réponses essentielles
pour le titulaire d'officine

Êtes-vous un chef d'entreprise optimiste ou pessimiste ?
Comment réorienter sa stratégie vers la rentabilité ?
Comment réussir le regroupement d'officine?
Telles sont quelques-unes des questions de cet ouvrage destiné aux titulaires ou à ceux qui souhaitent le devenir...
30,00 € TTC