LA MALADIE D 'ALZHEIMER

(807 mots dans ce texte )  -   lu : 10155 Fois     Page Spéciale pour impression

Une formation proposée par :

  • Delphine66 pour lui laisser un message cliquez sur son pseudo

mail.gif

Rapporter une erreur

LA MALADIE D 'ALZHEIMER

La maladie d'Alzheimer touche plus de 800 000 personnes en France.

Environ 7 % des personnes âgées de plus de 65 ans sont touchées par la maladie.

En raison de l'espérance de vie qui ne cesse d'augmenter, on estime que le nombre de malades atteints aura doublé en 2020 et triplé en 2050, autant dire qu'il s'agit bien là d'un enjeu important.

La maladie d'Alzheimer est une démence neurodégénérative qui se répercute sur le comportement et l'adaptation sociale des patients.

75 % des patients débutent la maladie par un trouble mnésique. Ensuite, surviennent des troubles affectifs, comportementaux et une perte d'autonomie dans la vie quotidienne.

Définition:

Variété de démence présénile. C'est une détérioration précoce, profonde, progressive et irréversible des fonctions intellectuelles.

La cause:

La cause reste encore inconnue. Rarement, la maladie peut se présenter sous forme génétique correspondant à 1 à 2 % des cas et toujours chez les personnes de moins de 65 ans.

Les facteurs de risque:

• L'âge: surtout chez les sujets de plus de 65 ans.

• Le sexe: la maladie touche un plus grand nombre de femme que d'hommes.

• L'alimentation: Mieux vaut avoir une alimentation riche en fruits et légumes (nourriture méditerranéenne).

Le comportement:

La souffrance des malades est encore aujourd'hui mise de côté. On se détourne même de la façon dont ils vivent la maladie. Les médecins et l'entourage pensent et disent trop souvent: « Il n'a plus de mémoire, il n'a plus de sentiments, il ne sait plus ce qu'il fait, ce n'est plus le même» . Ne trouvez-vous pas ça incroyable?

Le médecin, lorsqu'il parle de la maladie, s'adresse bien souvent à l'entourage et non au patient qui aimerait bien souvent comprendre ce qui lui arrive.

Ces malades ont besoin d'être écoutés, compris, entendus sur leur maladie.


Les troubles du comportement:

Le malade peut être agité, agressif. Parfois, le malade peut avoir un comportement délirant.

Les relations avec l'entourage:

Chaque proche du malade doit apporter quelque chose. Un membre de la famille du malade ne peut pas assumer seul sa prise en charge. Il est donc important qu'il y ait une répartition des tâches entre chaque membre de la famille.

L'aidant sera forcément sous tension. Colère, tristesse seront au rendez-vous.

Plusieurs règles à suivre pour l'entourage:

• Ne pas avoir honte.

Exemple: Dans la rue, le malade aura des réactions inattendues: il crie, il appelle au secours, il se déshabille dans la rue…

• Attention au sentiment de tristesse.

Les nombreux efforts, et le fait de voir le malade se transformer peuvent modifier ses sentiments. Ne pas montrer sa tristesse devant le malade pour ne pas qu'il y ait de répercussion sur son humeur.

• La culpabilité: parfois l'entourage se sent coupable. Il faut lutter contre ce sentiment qui ne profite ni au proche, ni au malade, bien au contraire. En parler de préférence à un médecin, un psychologue, un ami ou un membre de la famille en qui on a une entière confiance.

• Le stress: Il faut essayer de prévoir les situations stressantes afin de s'y préparer au mieux.

Exemple: il essaye de me frapper, il ne veut pas manger, il s'est perdu…

• Garder son calme: Dans n'importe quelle circonstance, ne pas se mettre en colère, cela ne sert strictement à rien. Ne pas réprimander le malade sous peine de déclencher une réaction agressive. L'humeur qui se dégage sera l'humeur du malade.

• Prendre les décisions à sa place: le malade est incapable de prendre une décision.

• L'occuper: lui proposer des activités pour l'empêcher de «faire n'importe quoi».

• Aménager la maisonafin de prévenir les accidents, d'éviter une éventuelle chute, enlever les tapis qui glissent, les chaises bancales, les meubles aux coins pointus, éclairer les pièces trop sombres, mettre hors de portée les allumettes, les briquets, les armes a feu, les médicaments, les verrous et les clés (afin d'éviter que le malade s'enferme dans une pièce), les aiguilles, le fer à repasser, attention qu'il ne se brûle pas contre un radiateur…

Les traitements symptomatiques:

- ARICEPT.

- EXELON.

- REMINYL.

- Le traitement peut être accompagné d'un supplément de VITAMINE E, un antioxydant qui ralentit aussi la progression de la maladie. Les doses peuvent varier entre 800 et 2000 UI par jour.

Mais aussi:

• Neuroleptiques : contre les obsessions.

• Antidépresseurs : pour améliorer l'humeur.

• Anxiolytiques : contre l'angoisse et la panique.

• Médicaments contre la maladie de Parkinson : pour améliorer la mobilité

• Tranquillisants : lorsque le comportement agressif devient insupportable pour l'entourage .




Retour à la sous-rubrique :

 Autres publications de la sous-rubrique :


Utilisateurs
Bonjour, Anonyme
Pseudo :
Mot de Passe :
PerduInscription

Actuellement :
Visiteur(s) : 44
Membre(s) : 0
Total :44
Annonces de Pro
logo_atp2.png



logo_atp2.png
Librairie
Convention collective commentée
Anne-Charlotte Navarro

Le droit du travail vous semble complexe ?
Vous avez besoin d'y voir plus clair par rapport aux textes de la Convention collective nationale de la pharmacie d'officine ?
Découvrez pour chaque article, un commentaire détaillé qui vous aidera au quotidien à encadrer vos relations avec votre employeur ou vos salariés.

30,00 € TTC
Activité du site

Pages vues depuis 2003 : 514 541 429

  • Nb. de Membres : 14 808
  • Nb. d'Articles : 344
  • Nb. de Forums : 31
  • Nb. de Sujets : 9
  • Nb. de Critiques : 45

Top 10  Statistiques