Index du forum »»  Etre titulaire »» Apport pour achat

Apport pour achat #20241

9Contributeur(s)
LedudemanouchkaTMPGaliennemimi87TrahcohtnttntwawaPouet009
5 Modérateur(s)
ManagerWhoopsBixente64Sybergbultus
manouchka manouchkaicon_post
Bonjour
Désolé pour le doublon pour le post dans installation et être titulaire !

Existe t-il des groupements ou autres organismes qui aideraient des jeunes à avoir un peu d’apport pour une installation future ? Pas des investisseurs pharmaciens sponsors , mais des groupements ou autres ?
Merci
Manouchka
TMP TMPicon_post
Oui

certains Grossiste (je dirais CERP)
Certains Groupement style lafayette

et je rajouterais que tous les investisseurs ne sont pas mauvais
bien au contraire

" moi j'aime bien les vaches "
" ça fait beau dans les prés "
" ça habille bien les champs "
" et puis ça s'meut lent'ment "
" ça fait du bien aux gens pressées "
" moi j'aime bien les vaches "
Galienne Galienneicon_post
Bonjour,
Il existe Giroboost (du groupement giropharm) qui permet d'augmenter l'apport, donc en complément d'un apport préexistant. Et avec la contrepartie d'adhérer au groupement.
Il doit surement y en avoir d'autres.
Ledude Ledudeicon_post
La reconnaissance de dette aussi c’est pas mal. Il est impératif de bien comprendre les tenants et aboutissants d’un investisseur. Je pense que comme les prêts (ou la banque doit obligatoirement indiquer le coût total) il faut voir combien il « coûte » réellement. J’ai entendu récemment des deals mais my god ! L’arnaque totale ça donnait envie d’être investisseur 😂😂😂

Sauf grosse relation de confiance il faut impérativement les mettre en concurrence et ne pas se laisser appâter par « la valeur ajoutée du conseil et du réseau » c’est très souvent de la grosse flûte.
mimi87 mimi87icon_post
Citation : TMP
Oui

certains Grossiste (je dirais CERP)
Certains Groupement style lafayette

et je rajouterais que tous les investisseurs ne sont pas mauvais
bien au contraire



Et si on a de la famille qui souhaiterait aider (un parent par exemple). Vaut-il mieux qu'il soit "investisseur" (même si pas du tout dans le domaine) ou il vaut mieux qu'il fasse un transfert direct au futur acquéreur pour qu'il le comptabilise dans l'acompte ?

Merci 😅
TMP TMPicon_post
Pour moi ce qui risque de coincé dans ce type de montage, c'est la banque, voir l'Ordre.
Mais effectivement la famille, même si c'est plus compliqué peut être gérable.

quelle que soit l'origine des fonds il faut cadrer :
- l'arrivée des sous
- le départ des sous ... le plus important
- comment les sous font des petits entre l'entrée et la sortie.
" moi j'aime bien les vaches "
" ça fait beau dans les prés "
" ça habille bien les champs "
" et puis ça s'meut lent'ment "
" ça fait du bien aux gens pressées "
" moi j'aime bien les vaches "
Trahcoh Trahcohicon_post
Il n'est pas possible d'investir dans une pharmacien en France si on est pas pharmacien, et encore, sans rentrer dans les détails, pas dans n'importe quelle condition. Ni famille, ni fond d'investissement, ni groupement, ni Amazon.

Donc la seule possibilité pour amener du cash c'est le prêt, ou la donation si vous êtes né avec une cuillère en argent dans la bouche.

Avantage par rapport à un co-investissement, tout les bénéfices sont pour vous, et non partagés entre les associés. De plus, la visibilité sur la dette est bien meilleure que l'humeur de votre co-investisseur. Désavantage, il faudra rembourser les dettes.

Les questions qui restent sont: les bénéfices sont-ils suffisants pour rembourser les dettes? Ces bénéfices sont-ils assez stables dans le temps pour pouvoir envisager un gros emprunt?

Notez qu'en empruntant, on comprend tout l'intérêt de faire une bonne affaire à l'achat. Plus la charge de la dette sera lourde, plus le bénéfice sera mince, si il existe.
tnttnt tnttnticon_post
Ca c'est la théorie car on sait tous qu'il existe des montages qui permettent de contourner la loi.
Jamais fait personnellement mais j'en ai assez entendu parler.
Ledude Ledudeicon_post
Oui c’est clair les obligations convertibles notamment qui permettent à des groupements de lever des fonds privés. Et qui attendent un ROI comme tout investisseur.
mimi87 mimi87icon_post
Bonjour,
Ok merci à tous pour ces informations !!
wawa wawaicon_post
n'oublie pas "l'apport CAVP" (pret "in fine")
Trahcoh Trahcohicon_post
@tnttnt

"Ca c'est la théorie car on sait tous qu'il existe des montages qui permettent de contourner la loi."

Joli teasing. On attend tous avec impatience les fameux montages secrets qui feraient rentrer des non pharmaciens au capital des pharmacies en contournant la loi française. SEL européenne? On attend la suite.

Je maintien ce que j'ai répondu à mimi87, il est impossible pour la famille d'investir dans la pharmacie si non pharmacien. Seul le prêt est possible. La seule possibilité, c'est d'investir dans le local commercial ou le matériel qui serait loué à la pharmacie.

Même tant que pharmacien, je ne peux rien faire en terme d'investissement non plus. La loi est très (trop?) restrictive à ce sujet.

@Ledude

Une obligation convertible (donc convertible en actions) lors d'un prêt à une pharmacie française n'est pas convertible en France si vous n'êtes pas en droit de posséder le capital de la pharmacie française. Qu'est-ce qu'une obligation convertible sans droit de convertibilité? C'est une obligation, donc un prêt en français non financier. En aucun cas une entrée au capital.

Une entreprise française hors officine ne peut pas entrer au capital d'une pharmacie. Même les héritiers sont sommés de dégager du capital de l'entreprise dans les 2 ans en cas du décès d'un propriétaire d'officine.

Le terme anglais ROI ou ROIC, c'est le retour sur investissement. Il est constitué de la valorisation des actifs acquis, des bénéfices supplémentaires générés, et des dividendes versés.

Pour un prêt, on parle du principal pour le remboursement du capital, et des coupons, ou intérêts. Rien à voir avec le ROI.
Pouet009 Pouet009icon_post
Je crois que tu n'es pas au courant de ce qu'il se passe ou tu n'es pas du milieu peut-être ?
Les prêts obligataires sont régulièrement fait et approuvés par l'Ordre.
Trahcoh Trahcohicon_post
Merci pour votre message Pouet009.

Un prêt obligataire, selon votre terminologie, est un pléonasme.

Une obligation est une reconnaissance de dette émise par une entreprise, donc un prêt. Cela n'a rien à voir avec une entrée au capital.

D'autre part, à aucun moment l'ordre des pharmaciens n'est sollicité pour obtenir un prêt. Là encore, vous introduisez beaucoup de confusion à partir de termes qui sont pourtant très clairs.

Une obligation est un prêt. Une "entrée au capital", ou "prendre des part", ou "investir", ou "acheter des actions", c'est autre chose.

Une obligation convertible, c'est un prêt avec une option pour entrée au capital (à la place d'un remboursement). En général, cela permet au créancier d'exproprier en partie et sans procédure le débiteur défaillant. Cela permet aussi d'utiliser une bonne valorisation de sa société pour obtenir une prêt. L'Oréal peut obtenir des prêts à taux très avantageux avec ses actions bien valorisée en collatéral. Le créancier peut arbitrer entre toucher ses intérêts, ou transformer sa dette en actions si le cour en bourse a bien progressé. L'obligation convertible en officine, c'est là que ça coince avec la réglementation française pour les non pharmaciens.

Cela me semble important de distinguer ces notions de base avant de monter sa société, et ça ne s'apprend pas à la fac de pharma (pas dans la mienne en tout cas.)

Si vous voulez être constructif, plutôt que d'essayer de nous expliquer avec difficulté les différentes modalités de financement d'une officine, peut-être pouvez-vous nous expliquer comment réaliser un montage de sociétés pour faire entrer une société autre qu'une SEL de pharmacie au capital d'une officine, à l'aide d'obligations convertibles ou autres, cela aiderait probablement nos jeunes confrères, et tirerait la qualité de ce forum vers le haut.
 Message édité par : Trahcoh / 27-02-2024 14:27
Annonces de Pro
logo_atp2.png
Librairie
200 questions-réponses essentielles
pour le titulaire d'officine

Êtes-vous un chef d'entreprise optimiste ou pessimiste ?
Comment réorienter sa stratégie vers la rentabilité ?
Comment réussir le regroupement d'officine?
Telles sont quelques-unes des questions de cet ouvrage destiné aux titulaires ou à ceux qui souhaitent le devenir...


33,00 € TTC
Activité du site

Pages vues depuis 2003 : 626 128 677

  • Nb. de membres 15 582
  • Nb. d'articles 372
  • Nb. de forums 31
  • Nb. de sujets 9
  • Nb. de critiques 46

Top 10  Statistiques