Index du forum »»  Salaires »» Postes de pharmacien hospitalier dans le privé

Postes de pharmacien hospitalier dans le privé#19899

6Contributeur(s)
PetiteFraiseNayaneaCzeorcaAudrey75LishaTrahcoh
4 Modérateur(s)
ManagerchatBixente64bultus
PetiteFraise PetiteFraiseicon_post
Bonjour,

Je suis étudiante en pharmacie et j'envisage de passer le concours de l'internat en vue d'exercer plus tard, je l'espère, la pharmacie hospitalière.

J'ai discuté avec pas mal de professionnels et le métier m'attire vraiment, mais vraiment BEAUCOUP.

Néanmoins une chose m'a refroidie: le manque de postes de praticien hospitalier à l'hôpital et le salaire insultant (pour les pharmaciens comme pour les médecins) d'assistants des hôpitaux en attendant un poste (qui n'arrivera potentiellement jamais).

J'ai posé la question à des professeurs de ma faculté ainsi qu'à des internes/anciens internes qui m'ont dit qu'il y avait une demande constante dans le privé.

Qu'il suffisait d'être mobile, titulaire du DES et qu'on trouvait un CDI/CDD longue durée sans trop de soucis dans une clinique.

J'aimerais savoir si cela est vrai, ou si c'est édulcoré.

Je n'ai pas forcément envie de m'engager dans l'internat, le concours et tout le reste si c'est pour finalement me retrouver dans une profession bouchée.

Sans parler du fait que cela me déprime de penser que le métier de mes rêves (celui pour lequel je fais pharma) ne me sera peut-être pas accessible sur le marché de l'emploi.

Je serai très heureuse d'avoir l'expérience d'entrée dans la vie professionnelle de pharmaciens hospitaliers assez jeunes (proche de l'expérience que j'aurai aussi) qui exercent aujourd'hui dans ce type de structure.

Merci d'avance.


Message édité par : PetiteFraise / 07-01-2022 21:55

Nayanea Nayaneaicon_post
Bonjour PetiteFraise,

Je te réponds un peu tardivement, j'ai terminé mon internat en octobre et j'ai pris dans la foulée un poste de pharmacien hospitalier dans le privé donc mon expérience est toute fraiche et je me retrouve beaucoup dans tes discours (l'inquiétude sur l'avenir etc). Déjà je vois que vous êtes mieux informés sur les débouchés et contexte actuel que l'a été ma promo et ça c'est top, car avant le concours on nous promettait l'eldorado et tout au long de l'internat les assistants nous parlaient ensuite d'un erg sans fin.

Alors je vais être assez clair d'emblée de jeu, si tu es motivée et un minimum mobile, des postes dans le privé ou le public il y en a à la pelle. Depuis la création du DES qualifiant le rapport de force s'est largement inversé, il y a une pénurie de pharmaciens éligibles en particulier dans le privé où les cliniques commencent à revoir les salaires à la hausse. Si tu veux un petit aperçu des offres et de ce qu'on pourra te proposer tu as l'Adiph par exemple ou plein de petits sites d'annonces.

Les discours déprimants du style "10 ans d'étude pour être au chômage" tu verras que cela vient quasi exclusivement d'internes ou d'assistants pour qui le monde du travail s'arrête au gros CHU de leur grande ville et de leur service de prédilection et pour qui tout doit tomber dans les bras sans mobilité ou compromis. Oui effectivement si tu veux cardiologie à Paris et que cardiologie à Paris, niveau emploi c'est compliqué ! Pour te donner un exemple j'ai eu une promesse d'embauche en CDI suite à entretien lors de mon avant dernier semestre d'internat avec un salaire équivalent à un PH échelon 7 et des horaires d'amplitude 9h-16h30. Eh bien pour la plupart de mes co-internes je me suis fait plumer car le poste se situe à 1h30 de la grande ville et comme ce n'est pas un CHU je n'ai pas le prestige (et cela vient d'une collègue assistante spécialiste qui fait un boulot qu'elle n'aime pas sans possibilité d'évolution payée 2000€/mois et 08h-20h comme horaires. Mais bon, prestige).

Si tu veux un poste très spécifique (essais cliniques, URC, rétrocessions) sans concession dans un grand CHU effectivement cela risque d'être compliqué, même pour des postes d'assistants qui ne garantissent qu'un sursis de quelques années avec une rotation perpétuelle. Mais sans aller au fin fond de la creuse tu peux trouver facilement des petits CH ou cliniques qui recrutent à tour de bras. Après l'activité est bien différente, et c'est là un des problèmes de l'internat; on est formés presque exclusivement dans de gros CHU avec une grande spécificité et si on ne fait pas l'effort de bouger un peu on ignore complètement de fonctionnement de ces établissements plus polyvalents. Un de mes conseils serait de faire un ou deux stages durant ton internat dans un petit CH pour voir si cela te plait, et cela sera grandement apprécié par la suite par ton recruteur. Moi j'en ai fait plusieurs et je regrette pas.

Mais franchement avec un minimum de mobilité il existe des postes dans le public et davantage encore dans le privé qui commence à rattraper progressivement son retard sur le salaire du public. Donc je te dirai de ne pas t'en faire et n'hésite pas à répondre ou m'envoyer un MP si tu veux plus d'informations, on est tous passés par là et tous mes anciens co-internes ont trouvé quelque chose, et ceux qui se retrouvent avec un poste d'assistant tout pourri au CHU ce n'est pas parce que le marché de l'emploi est saturé mais tout simplement car ils n'ont pas voulu regarder au-delà du périph de leur grande ville ;-)

La bise !

Message édité par : Nayanea / 20-01-2022 09:23

Czeorca Czeorcaicon_post
Citation : Nayanea 

Bonjour PetiteFraise,

Je te réponds un peu tardivement, j'ai terminé mon internat en octobre et j'ai pris dans la foulée un poste de pharmacien hospitalier dans le privé donc mon expérience est toute fraiche et je me retrouve beaucoup dans tes discours (l'inquiétude sur l'avenir etc). Déjà je vois que vous êtes mieux informés sur les débouchés et contexte actuel que l'a été ma promo et ça c'est top, car avant le concours on nous promettait l'eldorado et tout au long de l'internat les assistants nous parlaient ensuite d'un erg sans fin.

Alors je vais être assez clair d'emblée de jeu, si tu es motivée et un minimum mobile, des postes dans le privé ou le public il y en a à la pelle. Depuis la création du DES qualifiant le rapport de force s'est largement inversé, il y a une pénurie de pharmaciens éligibles en particulier dans le privé où les cliniques commencent à revoir les salaires à la hausse. Si tu veux un petit aperçu des offres et de ce qu'on pourra te proposer tu as l'Adiph par exemple ou plein de petits sites d'annonces.

Les discours déprimants du style "10 ans d'étude pour être au chômage" tu verras que cela vient quasi exclusivement d'internes ou d'assistants pour qui le monde du travail s'arrête au gros CHU de leur grande ville et de leur service de prédilection et pour qui tout doit tomber dans les bras sans mobilité ou compromis. Oui effectivement si tu veux cardiologie à Paris et que cardiologie à Paris, niveau emploi c'est compliqué ! Pour te donner un exemple j'ai eu une promesse d'embauche en CDI suite à entretien lors de mon avant dernier semestre d'internat avec un salaire équivalent à un PH échelon 7 et des horaires d'amplitude 9h-16h30. Eh bien pour la plupart de mes co-internes je me suis fait plumer car le poste se situe à 1h30 de la grande ville et comme ce n'est pas un CHU je n'ai pas le prestige (et cela vient d'une collègue assistante spécialiste qui fait un boulot qu'elle n'aime pas sans possibilité d'évolution payée 2000€/mois et 08h-20h comme horaires. Mais bon, prestige).

Si tu veux un poste très spécifique (essais cliniques, URC, rétrocessions) sans concession dans un grand CHU effectivement cela risque d'être compliqué, même pour des postes d'assistants qui ne garantissent qu'un sursis de quelques années avec une rotation perpétuelle. Mais sans aller au fin fond de la creuse tu peux trouver facilement des petits CH ou cliniques qui recrutent à tour de bras. Après l'activité est bien différente, et c'est là un des problèmes de l'internat; on est formés presque exclusivement dans de gros CHU avec une grande spécificité et si on ne fait pas l'effort de bouger un peu on ignore complètement de fonctionnement de ces établissements plus polyvalents. Un de mes conseils serait de faire un ou deux stages durant ton internat dans un petit CH pour voir si cela te plait, et cela sera grandement apprécié par la suite par ton recruteur. Moi j'en ai fait plusieurs et je regrette pas.

Mais franchement avec un minimum de mobilité il existe des postes dans le public et davantage encore dans le privé qui commence à rattraper progressivement son retard sur le salaire du public. Donc je te dirai de ne pas t'en faire et n'hésite pas à répondre ou m'envoyer un MP si tu veux plus d'informations, on est tous passés par là et tous mes anciens co-internes ont trouvé quelque chose, et ceux qui se retrouvent avec un poste d'assistant tout pourri au CHU ce n'est pas parce que le marché de l'emploi est saturé mais tout simplement car ils n'ont pas voulu regarder au-delà du périph de leur grande ville ;-)

La bise !

Message édité par : Nayanea / 20-01-2022 09:23

 


C'est exactement ça, ne pas écouter les internes et assistants croupis dans les CHU, mais regarder autour (et parfois pas tres loin) diversifier son internat dans des petites structures certes moins prestigieuses, mais souvent plus humaines et avec une meilleure qualité de vie...
Audrey75 Audrey75icon_post
Bonjour PetiteFraise,

Rien à dire de plus que Nayanea qui reflète exactement ce que je pense. Je suis diplômée d'octobre 2018.

J'ai construit mon internat avec le souhait d'exercer une pharmacie hospitalière polyvalente en CH moyen ou clinique. J'ai donc construit mon internat Parisien dans le but d'exercer dans ce type de structure (les parisiens ne comprenaient pas mes choix, mais ils sont toujours assistants sans aucune perspective, certains commencent à changer leurs fusils d'épaule, mais leur hyperspécialisation n'est pas recherchée...) CH périphériques et pas que de l'APHP, pas des stages hyperspécialisés, des stages hors hôpital très formateur pour pouvoir gérer une pharmacie. 1 ou 2 stages par domaine. (Combien n'ont jamais fait de DM ou de stérilisation de leur internat et se retrouvent embêtés... bah oui il y a des stages de pharmacie clinique nommé stage stérilisation...).
Il y a pléthore d'offres et les salaires suivent surtout depuis un an.

Et 2 entretiens, 2 offres et 4 appels pour me recruter sans envoi de candidature (le milieu est petit).






Message édité par : Audrey75 / 20-01-2022 17:05

Lisha Lishaicon_post
Bonjour,

Je suis à la recherche aussi des retours sur la filière PH et surtout au sujet de l'avenir de ce métier ; j'aimerais avoir quelques réponses :
- le fait de passer le concours de praticien hospitalier est vraiment une obligation ou pas ? il faut faire combien de publications/travaux de recherche durant l'internat pour l'avoir ?
- est ce que c'est possible d'avoir un retour sur votre parcours ? (les options, DU, ou FST )
- comment faire le bon choix de stages ? je sais que c'est par rapport à la maquette professionnelle mais j'ai entendu comme quoi certains stages sont plus valorisants que d'autres pour l'avenir

Merci d'avance !
Trahcoh Trahcohicon_post
Bonjour. Je suis praticien hospitalier DES pharmacie hospitalière.

Le "concours" de praticien hospitalier n'existe plus depuis au moins 15 ans. Entendez par là qu'il n'y a pas un nombre de postes limité. Il existe une épreuve pour intégrer le statut de praticien hospitalier, pour vérifier si vous avez le niveau. Si vous avez été étudiant puis interne en France, c'est forcément le cas, le niveau est excellent. Si vous ne publiez rien pendant vos études, il vous faudra le justifier pendant l'épreuve orale. Je vous le déconseille. De même si vous restez un interne planqué dans le même stage de chu pendant 4 ans.

Le statut de praticien hospitalier est un statut public. Donc rien à voir avec le privé, thème de cette discussion.

Il n'y avait pas d'options à mon époque (2002-2006). Je n'ai passé aucun diplôme complémentaire pendant mon internat.

Le bon choix des stages, c'est le vôtre. Si vous faites 4 ans de stage à préparer des chimiothérapies, l'entretien pour un poste dédié à la stérilisation sera peut être plus compliqué.

Le critère principal d'embauche dans le privé c'est votre salaire, votre expérience, souvent des tests psychologiques, et surtout quand pouvez vous commencer, parce que notre ancien pharmacien a démissionné après son dernier burn out.

Dans le public, le critère d'embauche c'est votre CV et l'entretien avec l'équipe. Si vous êtes déjà connu c'est mieux. Ou pas.

Les besoins réglementaires sont énormes en pharmacie d'établissement de santé. Il y a sans cesse davantage de missions. La question est quels sont les financements disponibles pour créer des postes. Le fait est que le marché de l'emploi dans ce secteur semble très favorable aux salariés actuellement.

Cordialement.
 Message édité par : Trahcoh / 04-05-2023 14:46
 Message édité par : Trahcoh / 04-05-2023 14:47
 Message édité par : Trahcoh / 05-05-2023 15:33
Annonces de Pro
logo_atp2.png
Librairie



Le droit du travail vous semble complexe ?
Vous avez besoin d'y voir plus clair par rapport aux textes de la Convention collective nationale de la pharmacie d'officine ?
Découvrez pour chaque article, un commentaire détaillé qui vous aidera au quotidien à encadrer vos relations avec votre employeur ou vos salariés.


33,00 € TTC
Activité du site

Pages vues depuis 2003 : 625 939 933

  • Nb. de membres 15 578
  • Nb. d'articles 371
  • Nb. de forums 31
  • Nb. de sujets 9
  • Nb. de critiques 46

Top 10  Statistiques