Index du forum »»  L'avenir du métier de pharmacien adjoint »» Travailler dans un établissement de santé ne va bientôt plus être possible pour les officinaux...

Travailler dans un établissement de santé ne va bientôt plus être possible pour les officinaux...#13761

41Contributeur(s)
Bouillon-blancpharma-espoirami89parmentierpoussin_arverneGaliennepadaOneriepFeltonalicia227PoLoGwADaPharmayCzeorcaAprilMarchFinou44PharmaFCyebbjrbultussouchaireFarmacienmichelmannso0306nono2010gg26kanissephlostdescours123Doc35MCG92tinoo_49PharmaHpaletuviersEl_TotoFrenchpharmpseudomonasAsproManagerJames_Patagueulpopiette2voClaude-Bernardmrpharmacien
4 Modérateur(s)
ManagerWhoopsBixente64bultus
PoLoGwADa PoLoGwADaicon_post
je comprends tout a fait les opinions de pharm espoir et czeorca.

Les réorientations sont devenues particulièrement difficiles dans un contexte tel que celui d'aujourd'hui, et je me mets à la place des internes qui s' E.... à passer l'examen et qui pour certains sont obligés de revenir en officine faute de poste.

il faut voir que les années d'interne, assistanat sont des années assez mal rémunérées par rapport aux responsabilités / nb années d'études, autant que ce ne soit pas pour rien.
Finou44 Finou44icon_post
Bonjour,

Voilà un sujet tout à fait crucial pour moi.

Diplômée de la filière officinale en 2006, j'avais la foi en mon métier. 6 ans dans une officine m'ont dégoutté du métier. Je passerai les détails, mais ça faisait plusieur années que je voulais passer en PUI et finalement j'ai sauté le pas à la faveur d'une rupture conventionelle.

Oui j'ai galéré, j'ai accepté des rempla en SSR, psy... parfois à 100km de chez moi (et j'étais enceinte!) mais je savais qu'il fallait que j'étoffe mon CV pour être crédible en PUI.
A force j'ai trouvé un poste d'attaché à .... 20% (!) dans un hôpital local, c'est peu mais ça permet de vraiment connaître le monde hospitalier.
Puis toujours avec mon bâton de pêlerin, je me suis fait connaître, recommandée par des PH ou des gérants qui ont salué mon travail, et j'ai accroché un poste de remplaçant "officielle" du gérant d'une clinique psy, à mi-temps; puis là, je remplace en plus un pharmacien sur trois EHPAD pour une durée indeterminée mais forcément limitée...
J'ai fait jusqu'à 5 établissements par semaine, mais je me disais, ça va payer un jour, tu vas trouver un poste, pas forcement grand chose, mais un mi-temps ou un 60%, dans une petite clinque ou un EHPAD, mais qui sera un poste non précaire!

Et là: cette nouvelle réglementation qui me tombe dessus.
Je comprends tout à fait le point de vue des internes, et je ne suis pas là pour prendre leurs postes dans les hôpitaux, mais sérieusement, je ne suis pas sûre que le poste où je suis actuellement les interesserai beaucoup: seule, 3 établissements, 8h dans chacun, faire les semainiers, passer les commandes, ranger les cartons...( et quand même valider les ordos! )

Je travaille à temps partiel, je ne suis pas sûre qu'à la date butoire, j'aurai l'équivalent en cumulé de 2 ans de PUI, ce qui me laisserai un sursis jusqu'en ...2024!?

Je suis pleine de bonnes volontées, je vais passer le DU d'hygiène hospitalière et celui de pharmacie hospitalière de Paris Descartes, mais à quoi bon si je ne pourrai même pas faire valider mes expériences acquises en tant que remplaçante en PUI???

Pourquoi devrais-je trainer comme un boulet toute ma vie, le fait de ne pas avoir passé l'internat il y a 10 ans?
On va casser le monopole des officines, mais les hospitaliers eux, vont surprotéger leurs emplois, que va-t-il nous rester???

Sur ce, je retourne préparer les boîtes mensuelles de mes petits vieux... (mais j'adore ça!) ;-)
Czeorca Czeorcaicon_post
Je conçois bien la galère que cela peut être de trouver un poste pour un officinal dans une PUI, et je te trouve très courageuse. Mais sache que si le DES de Pharmacie ne devenait pas obligatoire à l'exercice en PUI, autant carrément le supprimer. Et puis si on peut le remplacer par un DU de Pharmacie Hospitalière :-o :#, là on peut carrément le bruler ce DES... (au passage il y'a quand même des Facs qui n'ont pas mal à la tronche de proposer ce genre d'arnaque)

Je suis d'accord avec toi, ton poste n'interesserait pas forcement des anciens internes mais ce genre de poste va disparaitre au fur et à mesure. La dynamique des PUI est actuellement de se regrouper pour mutualiser les moyens pharmaceutiques.
Car franchement payer un pharmacien pour faire des piluliers, je ne vois pas le bénéfice pour la santé publique et encore moins le bénéfice économique... D'ailleurs si tu es seule, qui effecte le double contrôle du pilulier?
Un conseil: tu devrais demander un préparateur et proposer de t'occuper de la démarche qualité (circuit médicament et DM) et de la certification de ton établissement.

As-tu parlé de ce projet de décret à ta direction? Si ils sont contents de toi ils devraient faire tout ce qui est en leur pouvoir pour te conserver.
Finou44 Finou44icon_post
Je ne suis, helas, actuellement que sur un rempla, pour une durée inconnue...
Ce sont trois petis établissements, à la campagne, qui ont mutualisé l'emploi d'un pharmacien, il n'y aura jamais de préparateur dans cette structure!

Je ne sais pas ce que je ferai ensuite, des remplas aléatoires, mon poste d'attaché à 20%... je fais aussi des vacations à la fac et dans une école d'ostéopathie.
J'adore tout ce que je fais, l'enseignement oblige à être toujours au top des connaissances face aux étudiants, j'adore bosser dans des petites structures privées, mais si je n'ai pas mon ETP de 2 ans au 1et septembre 2016, c'est walou pour moi. Et même si je l'ai, ça va me repousser de 8 ans l'échéance... j'ai 33 ans, ça va pas m'amener loin!

Peut-être que je pourrai trouver quelque chose dans les réseaux ville-hôpital, en pharmacovigilance.... j'ai vraiment le moral en berne, j'ai l'impression que mon avenir professionel est à nouveau bouché alors que je commençais à avoir de belles perspectives dans des petits établissements (c'est pas être chef de service des Hôpitaux de Paris, loin de là!)
parmentier parmentiericon_post
Ce qui est scandaleux pour cette nouvelle règle, c'est son caractère rétroactif; elle ne devrait s'appliquer qu'aux étudiants qui choisiraient alors en connaissance de cause: soit la filière officine (et alors pas de PUI possible), soit l'internat. Pour tous les pharmaciens déjà diplômés, ils auraient du conserver leur droit à travailler en PUI... En fait, c'est uniquement une affaire de lobbys avec là encore une défaite des plus faibles car non représentés (les adjoints officinaux...). La voix d'un interne en formation (syndiqué) porte beaucoup plus que celle d'un adjoint d'officine même expérimenté.
Czeorca Czeorcaicon_post
Oui oui les lobbys, les illuminatis et les francs maçons... Sais tu Parmentier combien d'interne en PHarmacie Hospitalière sont formés chaque année? Environ 300 et sais tu combien d'officinaux sortent chaque année des facultés françaises? Je dirais 10 fois plus...
Alors ça me fait bien rire de parler de défaite des plus faibles. L'internat en pharmacie hospitalière a été créé dans les années 80, et en 2014 il n'est toujours pas reconnu comme qualifiant (enfin plus pour longtemps je l'espère). Et je peux te dire que ça fait au moins 20 ans que les internes se battent pour cela, je pense qu'à l'époque ils ont dus en prendre des fins de non recevoir par le "lobby" des adjoints d'officine... Mais voilà ils se sont battus ont plaidé leur cause auprès du ministère de la santé et de l'enseignement pour obtenir cela. Ça c'est fait dans la sueur, mais heureusement que cela c'est fait car ne pas reconnaître cet internat comme qualifiant, ce serait ne pas le reconnaître du tout.
Après la loi n'est nullement rétro active, c'est juste ton impression car tu as toujours la possibilité de VAE ou encore de repasser l'internat. Elle met juste tout le monde sur un pied d'égalité.(quoique pour moi la durée d'exercice pour prétendre à une VAE devrait être de 4 ans temps plein comme pour notre internat)
pharma-espoir pharma-espoiricon_post
Non mais Parmentier délire un peu je trouve. Le caractère rétroactif n'est pas scandaleux, puisqu'il corrige une anomalie : ce n'est pas normal d'avoir un diplôme pour exercer en PUI mais que des gens sans ce diplôme puissent quand même le faire.

Et je trouve que réduire les anciens internes à un lobby, c'est insultant pour eux: il faudrait peut-être un jour reconnaître qu'une PUI nécessite certaines compétences qu'un officinal n'a pas.
Finou44 Finou44icon_post
Je ne suis pas d'accord pharma-espoir, car on mélange les torchons et les serviettes, encore une fois.
Je ne nie pas, et bien au contraire, je trouve ça juste normal, qu'il soit nécessaire d'avoir un diplôme spécialisé pour les PUI des CHU, CHR, et même hôpitaux locaux, avec des spécificités: radiopharmacie, cytotoxiques, stérilisation.. et j'en oublie.
Mais dans des toutes petites structures, sérieusement?
Dans mon poste actuel:
- je remplis les boîtes des résidents avec un mois de traitement: ce n'est pas du ressort d'un officinal?
- je valide les ordonnances: ce n'est pas du ressort d'un officinal?
- je passe les commandes, les range, casse les cartons: ce n'est pas du ressort d'un officinal?
- je travaille (quand j'ai un peu de temps...) avec les médecins sur la limitation de l'usage des benzo chez les personnes âgées, l'adaptation des poso chez les IR, l'alimentation et les médicaments, l'utilisation des neuroleptiques chez les personnes Alzheimer: c'est trop "valeur ajoutée" pour un officinal peut-être?

Alors dis-moi, pharma-espoir, dans ce que je fais, 8h/semaine, en quoi il faut un diplôme spécialisé pour ça?
Tu as vraiment une si mauvaise opinion du cursus officinal?

Quand on fait indus, on peut revenir en officine (j'en connais même qui ont fait indus pour ne pas passer l'examen d'officine "trop dur" et qui sont revenus ensuite s'associer dans l'officine de papa-maman), quand on fait l'internat, on peut revenir en officine (j'ai bossé en officine avec un ex-interne), mais l'inverse n'est jamais vrai.
Toutes les autres filières peuvent revenir en officine mais les officinaux restent cantonnés à leur cursus, qui devient alors un "sous-filière"!

Alors, un oui "franc et massif" pour un internat qualifiant, des postes de PUI qui leur soient réservés, mais oui aussi à une adaptation pour les petits établissements, quand il n'y a même pas l'équivalent d'un 0.5 ETP ...

Message édité par : Finou44 / 30-07-2014 09:11

PoLoGwADa PoLoGwADaicon_post
Je pense que c'est vers ca qu'on va tendre et c'est pour cela qu'il n'est pas evident de legiferer. Car des non internistes donnent entière satisfaction dans des petites pui souvent reculées, là où aucun interne n'a envie d'aller mettre les pieds.
pharma-espoir pharma-espoiricon_post
Au contraire Finou44 j'ai une très bonne opinion du cursus officinal, tellement bonne que je ne comprends pas comment tu peux accepter ce genre de postes plutôt que l'officine : On te considère comme une serpillière à qui on refile le boulot qui n'intéresse personne : un tiers de ton boulot pourrait être assuré par un employé non qualifié (rangement, réception), l'autre tiers par un préparateur (préparation des piluliers). Ça te laisse seulement un tiers de ton temps pour faire un vrai boulot de pharmacien (validation, recommandation aux médecins). Dans une officine bien organisée, les pharmaciens passent 80% de leur temps à la validation-conseils : je ne range pas de boîtes et je ne prépare pas de pilluliers.

Mon avis c'est que ce genre de poste est voué à disparaître : dans l'objectif actuel de faire des économies, c'est une abbération de payer un docteur en pharmacie pour faire des tâches qu'un employé non qualifié pourrait faire aussi bien. Et quand je pense que dans beaucoup d'hôpitaux, on manque de pharmaciens pour que toutes les ordonnances soient validées... Il faut mieux utiliser que ça les ressources pharmaceutiques.

Sinon il est parfaitement possible pour un officinal de partir en industrie, en reprenant un M2 (logique puisque quasiment tous les pharmas en indus ont un M2).
Czeorca Czeorcaicon_post
Citation : pharma-espoir 

Au contraire Finou44 j'ai une très bonne opinion du cursus officinal, tellement bonne que je ne comprends pas comment tu peux accepter ce genre de postes plutôt que l'officine : On te considère comme une serpillière à qui on refile le boulot qui n'intéresse personne : un tiers de ton boulot pourrait être assuré par un employé non qualifié (rangement, réception), l'autre tiers par un préparateur (préparation des piluliers). Ça te laisse seulement un tiers de ton temps pour faire un vrai boulot de pharmacien (validation, recommandation aux médecins). Dans une officine bien organisée, les pharmaciens passent 80% de leur temps à la validation-conseils : je ne range pas de boîtes et je ne prépare pas de pilluliers.

Mon avis c'est que ce genre de poste est voué à disparaître : dans l'objectif actuel de faire des économies, c'est une abbération de payer un docteur en pharmacie pour faire des tâches qu'un employé non qualifié pourrait faire aussi bien. Et quand je pense que dans beaucoup d'hôpitaux, on manque de pharmaciens pour que toutes les ordonnances soient validées... Il faut mieux utiliser que ça les ressources pharmaceutiques.

Sinon il est parfaitement possible pour un officinal de partir en industrie, en reprenant un M2 (logique puisque quasiment tous les pharmas en indus ont un M2). 


+1, même si tu es un peu véhément avec Finou44.
Ces postes sont amenés à disparaitre car ils ne sont pas du tout efficients. Cela se fera par un regroupement de ces PUI qui ne sont pas rentables.

Par contre Finou44 tu passes à côté de l'essentiel du travail qui devrait être le tien en tant que pharmacien: Le management de la qualité du circuit des produits de santé dans ta structure hospitalière (de la réception à l'administration du produit) selon les BPPH, la certification V2014 et l'arrêté du 6 avril 2011.
Je peux te dire que ça + le bon usage + les validations pharmaceutiques, ça occuperait tes 8h facilement.
Alors certes pour toutes les activités que tu as cité une formation complémentaire n'est pas nécessaire, mais pour ce travail de fond, je pense effectivement qu'un ancien interne est mieux armé.
Finou44 Finou44icon_post
Citation : pharma-espoir 

je ne comprends pas comment tu peux accepter ce genre de postes plutôt que l'officine : On te considère comme une serpillière à qui on refile le boulot qui n'intéresse personne : un tiers de ton boulot pourrait être assuré par un employé non qualifié (rangement, réception), l'autre tiers par un préparateur (préparation des piluliers). Ça te laisse seulement un tiers de ton temps pour faire un vrai boulot de pharmacien (validation, recommandation aux médecins). Dans une officine bien organisée, les pharmaciens passent 80% de leur temps à la validation-conseils : je ne range pas de boîtes et je ne prépare pas de pilluliers.


Mes 6 dernières années en officine, j'ai autant déballé de commandes, ou rangé de boites que les préparatrices ou l'apprentie "car tout le monde doit faire pareil", alors même si c'est une ineptie économique, je préfère le faire tranquillement dans ma petite PUI car j'ai été totalement dégouttée de l'officine, alors que je ne jurai que par ça pendant mes études.
Tu vas me dire "t'avais qu'à changer de pharmacie", et bien, je sais que ce n'est pas ta position à la lecture de tes posts, mais du boulot, ça ne se trouve pas sous les sabots d'un cheval.
Et oui j'habite et j'exerce en cambrouse, à plus d'une heure d'une grosse métropole, et non, y'a pas de boulot décent. Et non, je ne partirai pas dans la Creuse, car j'ai un mari qui ne peux pas travailler hors grosse ville, et un bébé d'un an.

(Czeorca, j'ai également un poste d'attaché en hôpital local et là, oui , je m'éclate certainement plus, car en plus de mes validations pharmaceutiques, je discute des traitements avec les médecins, je travaille sur le bon usage et le circuit du médicament... j'ai vraiment l'impression de faire un boulot de pharmacien! Bref, beaucoup, beaucoup de regrets de ne pas avoir passé l'internat il y a 10 ans, mais bon, c'est le jeu!)

En officine je n'ai jamais eu, ni reconnaissance, encore moins d'augmentation, ni même un merci en six années par mes boss, alors oui, je préfère être sous-employée dans une EHPAD plutôt que d'être exploitée par des titulaires !

Message édité par : Finou44 / 30-07-2014 17:29



Message édité par : Finou44 / 30-07-2014 17:36

pharma-espoir pharma-espoiricon_post
Je vais m'arrêter là car c'est HS, mais oui il y a des zones en pénurie de pharmaciens (certaines adresses en MP si tu veux) et oui, comme dans tous les secteurs en dehors de la pharmacie sans exception, il y a des entreprises où le boulot est mal fait et où les salariés ne sont pas respectés. Il ne faut pas hésiter à dire merde et à chercher la bonne. Bon courage pour la suite !
Finou44 Finou44icon_post
Effectivement, nous sommes HS! 8-)

Ma petite personne ne changera rien à ce décret, j'attends qu'il paraisse pour savoir à quelle sauce je serai mangée et pour faire ce qu'il faut en conséquence... :#

Bref, en attendant, laissez-moi mon EHPAD!
PharmaFC PharmaFCicon_post
bon courage finou, jespere sincèrement que tu pourras rester dans la filière que tu as choisie..je pense la même chose que toi de l'officine et la plupart de mes camarades de promos aussi galèrent, de postes précaires en postes précaires, payés coef 400 voir 500 avec de la chance..et licenciés dés la revente de l'officine....point d'avenir dans cette voie la, tant que la spéculation sur la valeur des fonds en sera la seule motivation....bises..
Czeorca Czeorcaicon_post
http://www.departement-information-medicale.com/2014/07/le-projet-de-loi-sante-se-mele-aussi-du-dim/

@ Finou44:
Voici un projet du loi Santé sur les GHT (Groupe Hospitalier de Territoire), dans ce lien ce projet est vu sous l'oeil du DIM, mais on s'aperçoit que les PUI sont aussi concernées (Art. L. 6132-5). Cette loi va surement inciter les directions hospitalières à fusionner certaines PUI (comprendre les moins rentables) afin de mutualiser les moyens pharmaceutiques.

yebbjr yebbjricon_post
Bonjour. Adjoint depuis 1 an et demi dans un officine (ma première en temps qu'adjoint, j'ai 25 ans) je voulais partir et chercher une place en clinique ou ehpad. (marre de devoir faire du chiffre, vendre absilument tel ou tel produit, ...)

Au vu de ce sujet, j'imagine que finalement il ne vaut mieux pas quitter un CDI temps plein (même sous payé pour tout ce que je fais) pour aller dans une branche ou on risque de me dire de partir dans 1 an ? Sachant que je n'aurais l'opportunité de m'installer, et que je ne suis pas sur de toute façon que ça en vaille la peine si pas de (très) gros apport.

Existe-t- il d'autres branches dans lesquelles on peux postuler, en passant éventuellement des DU ou petite formation, mais pas repartir dans des études longues ?
pharma-espoir pharma-espoiricon_post
Plusieurs solutions sans reprendre d'études longues (du style l'internat) :
- Changer d'officine pour trouver un poste qui correspond mieux à tes attentes.
- Passer un M2 en alternance pour repartir en industrie pharmaceutique, chez un grossiste, ou dans une autre industrie (agroalimentaire, biotechnologies, chimie).
- Passer le concours pour devenir pharmacien inspecteur de santé publique.
- Suivre les annonces pour trouver des opportunité sans reprendre d'études (médecin sans frontière, vidal, sos oxygène, centre antipoison... pour les dernières offres que j'ai vu passer).

bultus bultusicon_post
Si si ça vaut la peine de s'installer, même sans gros apport. 15000 euros peuvent suffir, le reste c'est de l'huile de coude et un bon groupement.

N'hésite pas à en parler à tes employeurs, ils pourraient te voir différemment, peut-être te donner plus de responsabilités et pourquoi pas te proposer un deal
yebbjr yebbjricon_post
Citation : bultus 

Si si ça vaut la peine de s'installer, même sans gros apport. 15000 euros peuvent suffir, le reste c'est de l'huile de coude et un bon groupement.

N'hésite pas à en parler à tes employeurs, ils pourraient te voir différemment, peut-être te donner plus de responsabilités et pourquoi pas te proposer un deal 


15000 € ???!!! d'après ce que j'ai pu voir, il faudrait 10 x plus (minimum) de plus dans ma région un transactionnaire est quasiment inévitable, il a toutes les affaires, donc avec 15k on va pas loin je pense. Et pour les titulaires, bonne idée, mais c'était déjà fait et c'"est pas du tout son esprit, parfois il faudrait le voir pour le croire !!!

A pharma-espoir, merci pour tes pistes, il y a de bonnes idées, industrie pharma non car je souhaite rester dans ma région (acquisition immobilière et j'en suis trop amoureux, bayonne, Biarritz, ...) mais a voir pour agro alimentaire. Sinon les offres que tu as vu pour vidal, MSF, ... tu les as trouvé où ? je regarde régulièrement certains site mais je n'ai jamais vu ça.

Pour le concours pharmacien inspecteur, j'ai entendu dire qu'il était très dur, mais pourquoi pas si c'est intéressant je peux me mettre à bosser, surtout que je suis sorti de la fac il y a très peu de temps, je vais me renseigner.

Merci pour ces réponses et les prochaines !!!

Message édité par : yebbjr / 30-08-2014 16:14

Annonces de Pro
logo_atp2.png
Activité du site

Pages vues depuis 2003 : 614 221 708

  • Nb. de membres 15 394
  • Nb. d'articles 363
  • Nb. de forums 31
  • Nb. de sujets 9
  • Nb. de critiques 46

Top 10  Statistiques