L'actualité de la pharmacie-Le Moniteur: Cahier III du 29 septembre 2007



Francis Liaigre, préparateur à La Roche sur Foron (74), créateur du site www.pharmechange.com :

« Il faut clarifier la responsabilité du préparateur délivrant une ordonnance »

«Le moment est venu de faire évoluer le diplôme et le statut de préparateur, celui défini dans

le Code de la santé publique ne correspond plus à la réalité du métier. Selon les textes, le préparateur délivre des médicaments sous le contrôle effectif du pharmacien. Sans remettre en cause la responsabilité de ce dernier, le préparateur doit pouvoir dispenser le médicament sans son contrôle systématique. Dans le cas où il ne le sollicite pas, le préparateur assume alors l'entière responsabilité sur le plan pénal de son acte de délivrance.

Sur les débouchés professionnels, la situation n'est plus tolérable. Si vous ne voulez plus être préparateur en pharmacie, vous êtes obligé de changer de métier. La réforme de nos études doit s'inspirer de concepts plus modernes des métiers, comme il en existe déjà chez les professions paramédicales et en Europe. Notre formation doit s'intégrer dans un tronc commun avec d'autres professions de santé et pouvoir créer des passerelles entre les diplômes, tout en tenant compte des spécialisations propres à celui de préparateur.

Le repositionnement métier du préparateur ne doit pas se faire au détriment du pharmacien adjoint dont la place dans l'officine doit également être clarifiée. Peut-être pourrait-il s'occuper de tâches telles que l'assurance qualité. ... le titulaire restant davantage dans un rôle de gestionnaire. Je ne vois pas l'utilité de créer un Ordre des préparateurs tant que l'on n'a pas obtenu une émancipation du métier. La création de cette instance n'est pas indispensable pour pouvoir entrer dans le capital des officines, la décision ne pourra être que politique. Enfin, la meilleure façon de défendre le monopole est de rester des préparateurs qualifiés qui continuent de se former. Plus qu'une obligation, la formation pharmaceutique continue est un droit qui n'est pas toujours correctement utilisé, soit parce que le titulaire traîne les pieds, soit parce que les préparateurs sont peu motivés par la formation»



François POUZEAUD






Cet article provient de pharmechange.com

L'URL pour cet article est : http://www.pharmechange.com/sections.php?op=viewarticle&artid=204