Index du Forum » » Cas de comptoirs

Auteur

depression
bebinette44
24   

  Posté : 17-04-2012 21:28

bonjour à tous!

Dans l'officine où je travaille, on avance dans certains cas des anxio ou somnifères, mais à la condition qu'il y ait un historique ET on n'avance que le nombre de comprimés jusqu'au rendez-vous. Quand y'en a pas de prévu dans la semaine, c'est nada. Bon, on a un immense avantage : on fait régler les avances (si, si) et on rembourse les gens quand ils régularisent. Ils le font vite, d'ailleurs....étonnant, non?Du coup, les abus sont rares.

Pour les dermocorticoïdes, c'est pas une urgence, donc, c'est non. Une fois, je me suis faite insulter par un monsieur qui voulait de la diprosone. J'ai fini par lui expliquer que quand y'a un cadre rouge, j'ai pas le droit de le donner comme ça, et lui ai demander "quand le feu est rouge, vous passez? non? ben moi, pareil, quand le cadre est rouge, je veux une ordo!" Ca l'a un peu calmé, et il est revenu 2 jours après avec sa petite ordo!

Après, je me suis déjà vu aller demander des explications à mon patron qui avait avancé du Celebrex à un monsieur à qui j'avais refusé l'avance 15 min plus tôt....quand y'a pas le soutien du titulaire...



Cet article provient de pharmechange.com

http://www.pharmechange.com/viewtopic.php?topic=11535&forum=26