Index du Forum » » Cas de comptoirs

Auteur

depression
Aleatoire
601      

  Posté : 22-03-2012 21:03

Citation : ERNAM 

Si tu lui en as déjà délivré, et que c'est un gars sérieux, pourquoi pas le dépanner!



Exemple 1 (de mon maitre de stage) : une patient ultra connu qui lui demande de dépanner un stilnox, il dépanne, le lendemain le mari dépose la boite vide sur le comptoir...

Exemple 2 : une amie m'a demandé de lui dépanner son antidépreseur, pris chaque mois chez moi. Je dis non (en pensant à mon maitre de stage) on retrouve une ordo renouvellable donc finalement ça va. Le lendemain, tentative de suicide...

Vous me direz, ce sont des psychotropes c'est pas pareil que des corticoides topiques. Je pense que c'est prendre de mauvaises habitudes autant pour soi que pour le patient.

On ne sait pas ce que fait le patient après la délivrance, on ne peut pas le savoir. Notre seul défense c'est le respect du cadre légal qui légitime notre position de gardien des substances vénéneuses.



Cet article provient de pharmechange.com

http://www.pharmechange.com/viewtopic.php?topic=11535&forum=26